La fin du dauphin: pour des élections inclusive et sans machine à voter

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) se trouve devant un dilemme: faudra-t-il organiser des élections boycottées par les uns à tort, dès lors qu’ils y avaient adhéré en sachant que le calendrier impliquait, au bout des compte, une machine à voter qui a déjà coûté très cher au contribuable congolais ? Ou faudra-t-il privilégier une fin heureuse, c’est-à-dire, des élections qui ne déboucheront pas dans une crise majeure ? Car déjà nous vivons dans une crise politiques pour une classe politique dont les regroupements ne sont pas idéologiques mais plutôt stratégique, juste pour accéder au pouvoir.

Les élections sont toujours une période des crises que ce soit en Occident, pire encore en Afrique où la chefferie est soit héréditaire, soit de suite d’une conquête à l’issue d’une épreuve des forces. Tenez, les rares les pays africains soient disant à passation de pouvoir démocratique ne reflètent pas une alternance mais plutôt une passation de pouvoir au sein d’un même parti Politique. Nous citons la Tanzanie, Le Ghana, Afrique du Sud, les rares qui ont connu une alternance tel que le Sénégal, la Côte d’ivoire, même le Congo-Brazzaville sont des pays dont la politique économique est faite par la France, qui garde jusqu’à leur réserve bancaire. A Brazzaville, à trois mois des élections, Pascal Lisuba avait été défenestré par la France juste pour les intérêts pétroliers et Sassou-Ngouesso prenait le pouvoir par un coup de force admis. Laurent Gbagbo est à la CPI juste pour avoir demandé le recomptage des voix, alors que la France de Sarkozy en voulait un autre.

Une fois de plus, l’opposition est descendue ce vendredi 27 octobre dans les rues du pays pour protester contre ces les machines à voter, pourtant annoncées dans le calendrier de la Commission électorale aux prochaines élections. Les opposants qui forment aujourd’hui, avec l’Eglise catholique, une partie active de la Société civile, et même la Communauté internationale, notamment la France, le Etats-Unis ou la Grande Bretagne ; un front commun anti-machine, n’en démordent pas.

La faute sans doute aux enregistrements diffusés au début de l’année et attribués notamment au président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku, également chef de la majorité au pouvoir, où il aurait félicité le président de la CENI, Corneille Nangaa, d’avoir « dupé tout le monde avec ses machines ». En clair, ces machines faciliteraient une victoire du Pouvoir aux prochaines élections.

L’inclusivité soutenue par une frange importante des acteurs politiques et de la communauté internationale s’impose comme une deuxième revendication au côté de la machine à voter pour avoir des élections apaisées. C’est un prix à payer pour mettre fin à la crise politique qui ravege ce pays depuis des années. Une situation mentionnée depuis 2015 et feu Etienne Tshisekedi l’avait dit dans son message de vœu du 30 juin 2015, avant qu’il ne soit déroutée par la rencontre de Genval – un arrangement politique pour éviter la crise grave au pays.

Face à cette crise d’inclusivité et de légitimité à venir, il faut entamer une réforme des textes légaux sur pied desquels certains des grands acteurs politiques ont été exclus du processus électoral. La CENI devrait, sans délai, discuter avec les acteurs exclus du processus électoral par l’arsenal juridique actuel (la Constitution et la loi électorale) pour mettre ensemble leur compréhension du processus avec celui des candidats retenus. Afin de se prononcer sur son calendrier électoral, sur avis motivé de la Cour Constitutionnelle.

Car un report des élections dûment motivée n’est pas l’apanage de la RDC, au Mali les législatives viennent d’être reportée par la cour constitutionnel, il n’y a pas eu des délégations du Conseil des sécurité pour ou contre ça. C’est une question de souveraineté.

Pour les candidats aux élections en cours, y compris le dauphin, leur sort est fixé par une jurisprudence récente, qui renseigne qu’il y a remboursement de la caution payée pour les élections provinciales ratées en 2016 et désignation des nouvelles listes.

L’avenir nous réserve des surprises.

Me Mbayo Pelesa Stanley

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Lambert Mende: “Nous avons encore besoin de Kabila pour longtemps”

POLITICO Magazine rencontre Lambert Mende Omalanga, actuel Porte-parole du gouvernement, mais qui aura eu la chance d’avoir été tour à tour dans la rébellion contre le père de Joseph Kabila, dans l’opposition politique contre ce dernier, pour finir par rejoindre la Majorité Présidentielle, sur laquelle s’appuie largement le Président de la République. Depuis 2008, le ministre Mende est l’une des pièces maîtresses du président Joseph Kabila. Dans cette interview exclusive, le ministre congolais de la Communication et des Médias revient sur l’oeuvre du président jospeh kabila, depuis son arrivée au pouvoir à ce jour.

Terminus pour Bruno Tshibala?

Au moment où il représentait le président Kabila au 37ème sommet de la SADC en Afrique du Sud, le Premier ministre Bruno Tshibala vivrait, à en croire la situation au pays, ses dernières heures en tant que Chef du gouvernement de transition. 

Ne Muanda Nsemi: le libérateur que personne n’aime

Il veut libérer le Congo du règne du président Joseph Kabila, mais personne ne veut de lui. Du côté du pouvoir tout comme de celui de l’opposition et même au sein de l’opinion publique, le député Zacharie Badiengila, alias Ne Muanda Nsemi, reste un trouble-fête. 

Tribune: “Ewanga s’est mordu la queue”

Patrick Kalimba, lecteur de POLITICO.CD, revient sur  la sortie de l’ancien Secrétaire général de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), Jean-Bertrand Ewanga, qui s’est littéralement attaqué à l’opposant Vital Kamerhe, l’accusant notamment d’avoir un ego vis-à-vis de Moïse Katumbi.