19 décembre 2016: le jour où la démocratie est morte en RDC

Nous sommes bien loin de la tension qui jonchait les rues en cette matinée du lundi 19 décembre 2016. Ce jour-là, des dizaines des Congolais s’étaient donnés rendez-vous dans les rues pour faire partir le président Joseph Kabila qui se maintenait au pouvoir malgré la fin institutionnelle de son deuxième et dernier mandat.

Dans les rues, à Kinshasa, à Lubumbashi, ou à Goma, ces manifestants rencontrent des forces de sécurité impitoyables, les réprimant dans le sang. La journée, appelant au renversement des institutions congolaises jugées illégitimes, se terminera sans un tel événement.  A la place, les discussions autour des évêques catholiques continueront, aboutissant au fameux accord de la Saint-Silvetre, qui finira par entériner la prolongation du mandat de Joseph Kabila.

Un an après, la situation est loin d’être meilleure. Ni l’accord, ni ses objectifs n’ont été respectés. Kabila est toujours aussi président que contesté, l’opposition entend toujours le faire partir par la force. La seule différence, c’est qu’il y a d’abord une date fatidique pour ces élections tant attendues, le 23 décembre 2018.

Là encore, le processus entamé par Corneille Nangaa, qui veut imposer une machine à voter redoublement crainte par l’opposition remet en cause un processus déjà peu crédible.  L’autre donne, c’est une opposition toujours en colère, mais qui peine de plus en plus à mobiliser ses militants qui doivent à présent faire face à une répression sanglante et sans pitié.

Le pays continue quant à lui sa chute vertigineuse, où la situation économique, déjà compliquée pour des millions de Congolais, s’empire au même rythme de cette crise politique sans fin. Une situation que seule Joseph Kabila aurait pu éviter, en acceptant de quitter le pouvoir de ma plus honorable des manières.

Gaston Engbaka.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

À peine élu, Félix Tshisekedi signe un contrat de lobbying de 90.000$ par mois pour s’ouvrir les portes de l’administration américaine

Des documents consultés par POLITICO.CD sur le site du département de la…

Lambert Mende: “Nous avons encore besoin de Kabila pour longtemps”

POLITICO Magazine rencontre Lambert Mende Omalanga, actuel Porte-parole du gouvernement, mais qui aura eu la chance d’avoir été tour à tour dans la rébellion contre le père de Joseph Kabila, dans l’opposition politique contre ce dernier, pour finir par rejoindre la Majorité Présidentielle, sur laquelle s’appuie largement le Président de la République. Depuis 2008, le ministre Mende est l’une des pièces maîtresses du président Joseph Kabila. Dans cette interview exclusive, le ministre congolais de la Communication et des Médias revient sur l’oeuvre du président jospeh kabila, depuis son arrivée au pouvoir à ce jour.

Félix Tshisekedi est notre Président! Martin Fayulu peut être notre Héros!

58 ans après l’indépendance, la République démocratique du Congo est attendue au tournant. Le monde, très intéressé par ce pays continent et ses ressources, rêve d’une stabilité parraine pour mettre en place des initiatives viables de développement. Nous-mêmes sommes à l’aube d’une occasion unique de guérir cette nation et offrir un meilleur avenir à son peuple tant meurtri. Mais les principaux acteurs politiques doivent se surpasser pour être à la hauteur des enjeux.

Kabila-Tshisekedi, Tango politique à haut risque au Congo

A Kinshasa, Joseph Kabila est sur le point d’entamer une longue collaboration tant intrépide qu’incertaine avec l’opposant Félix Tshisekedi. Un tango à haut risque qui pourrait mal se terminer pour le futur ex-Chef de l’Etat congolais.