Tshibala: l’arme fatale du Pouvoir contre l’UDPS?

Intronisé à la tête de son Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), le Premier ministre Bruno Tshibala promet de récupérer les “patrimoines” de ce parti de l’opposition, aux mains de l’autre camp, dirigé par Jean-Marc Kabund.

Cet immeuble [le siège de l’UDPS] est le patrimoine propre de l’Udps et je mettrai tout en oeuvre pour que cet immeuble que je baptise ici,  immeuble Tshisekedi, puisse appartenir légalement à l’Udps et abriter les services de la direction nationale de notre parti», a-t-il lancé devant ses partisans, promettant de peser “de tout son poids pour que l’Udps puisse avoir un siège digne de son prestige politique ». 

Loin d’être une promette bénigne, la sortie du Premier ministre congolais, qui se considère désormais l’égal à Étienne Tshisekedi, et donc seul représentant de l’UDPS, est un véritable danger pour le camp de Jean-Marc Kabund.

En effet, accusé de jouer le jeu du pouvoir pour fragiliser l’UDPS de Félix Tshisekedi, Bruno Tshibala jouit du soutien des institutions, notamment des forces de Sécurité et des services de l’Etat qui pourraient statuer en sa faveur dans ce litige qui se dessine.

Par ailleurs, à quelques mois des élections, le pouvoir congolais qui donne des signaux d’une préparation bien huilée pour l’emporter, a peut-être trouvé un moyen de neutraliser ce concurrent direct au suffrage primaire. Car l’UDPS reste un des seuls partis de l’opposition capables de faire un bon score à ce prochain scrutin. Une grave crise qui conduirait à la non reconnaissance de l’aile radicale, au profit de Bruno Tshibala, plus enclin avec la Majorité, serait une bonne chose pour Joseph Kabila et sa famille politique.

A Limite, personne n’ose cependant croire que ce siège saurait être “donné” à Bruno Tshibala, au risque de provoquer des troubles. Par ailleurs, le camp de Jean-Marc Kabund et Félix Tshisekedi — fils d’Étienne Tshisekedi qui jouit d’une grande popularité auprès des militants de ce parti —  s’apprêt à son tour à introniser ce dernier à la succession de son père, considérant Bruno Tshibala comme toujours exclu du parti.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

À peine élu, Félix Tshisekedi signe un contrat de lobbying de 90.000$ par mois pour s’ouvrir les portes de l’administration américaine

Des documents consultés par POLITICO.CD sur le site du département de la…

Lambert Mende: “Nous avons encore besoin de Kabila pour longtemps”

POLITICO Magazine rencontre Lambert Mende Omalanga, actuel Porte-parole du gouvernement, mais qui aura eu la chance d’avoir été tour à tour dans la rébellion contre le père de Joseph Kabila, dans l’opposition politique contre ce dernier, pour finir par rejoindre la Majorité Présidentielle, sur laquelle s’appuie largement le Président de la République. Depuis 2008, le ministre Mende est l’une des pièces maîtresses du président Joseph Kabila. Dans cette interview exclusive, le ministre congolais de la Communication et des Médias revient sur l’oeuvre du président jospeh kabila, depuis son arrivée au pouvoir à ce jour.

Félix Tshisekedi est notre Président! Martin Fayulu peut être notre Héros!

58 ans après l’indépendance, la République démocratique du Congo est attendue au tournant. Le monde, très intéressé par ce pays continent et ses ressources, rêve d’une stabilité parraine pour mettre en place des initiatives viables de développement. Nous-mêmes sommes à l’aube d’une occasion unique de guérir cette nation et offrir un meilleur avenir à son peuple tant meurtri. Mais les principaux acteurs politiques doivent se surpasser pour être à la hauteur des enjeux.

Kabila-Tshisekedi, Tango politique à haut risque au Congo

A Kinshasa, Joseph Kabila est sur le point d’entamer une longue collaboration tant intrépide qu’incertaine avec l’opposant Félix Tshisekedi. Un tango à haut risque qui pourrait mal se terminer pour le futur ex-Chef de l’Etat congolais.