“C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. L’homme, au fur et à mesure de sa chute il se répète sans cesse pour se rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien. Mais l’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage.”

Cette maxime du cinéaste camerounais Hubert Koundé,  que l’on peut écouter dans “la Haine (1995)”, écrit par Mathieu Kassovitz, illustre à elle seule la crise politique désormais sans fin que traverse la République démocratique du Congo depuis l’année dernière.

Devant un président hors mandat, le pays entier est désormais dirigé par un gouvernement sans budget, des députés et sénateurs sans mandats, et une crise financière dont les effets pervers se font ressentir de plus en plus intenses dans une société déjà agonisante.

Et comme si cela ne suffisait pas, l’accord ficelé à la hâte en décembre dernier entre la Majorité au pouvoir et l’Opposition ne semble visiblement pas en voie d’être appliqué. D’un côté, les Kabilistes cherchant et trouvant des voies et moyens pour retarder son exécution, de l’autre, des opposants en quête de positionnement, marchandant leurs soutiens, vacillent, vivotent, au point de remettre en cause consciemment ou inconsciemment ce consensus.

En effet, aidé la par disparition tragique du seul homme qui faisait encore trembler la Kabilie, des opposants ont ainsi exhibé leurs ambitions à la lumière du jour. Raphaël Katebe Katoto fut le premier à sonner la charge, contestant la désignation de Félix Tshisekedi qu’il refuse de reconnaître comme candidat attitré du Rassemblement au poste du Premier ministre.  Après lui, c’est aussi une guerre sans merci que se livrent les opposants orphelins de leur maître. D’un côté un Moïse Katumbi tentant coûte que coûte à garder cette coalition sous son emprise, signant ici et là des pactes, sentant souvent les dollars, de l’autre, ceux qui disent s’opposer à sa “manne financière”, préférant plus tôt celle de Kabete Katoto, son aîné de frère. Et dire que les deux frères n’osent même pas dire aux congolais le problème qui les opposent…

Toujours est-il qu’entre temps, les restes de Tshisekedi sont au coeur d’un marchandage nauséabond entre Pouvoir, Opposition et même la famille de l’illustre disparu. Un Yo-yo ou même un jeu de Ping-pong est mis en place. Tantôt on accepte de l’enterrer à Gombe, tantôt on préfère un poste ministériel. La Majorité Présidentielle, qui n’en demandait pas plus, saute sur l’occasion.

En effet, je dois vous rappeler que depuis l’aube de la signature de cet accord, la famille politique du président Joseph Kabila Kabange n’a jamais hésité à faire perdre la moindre seconde à l’opposition, traînant ainsi en longueur l’application de cet accord dans des discussions à ne rien comprendre autour du fameux arrangement particulier. Ainsi, les hésitations, les marchandages et même la volonté sincère des opposants ont tous servit d’occasion pour ainsi pedzer.

Aujourd’hui, trois mois après la signature de cet accord, nous voilà en train de débattre pour savoir qui a le droit ou non de radier Katebe Katoto. De chercher à savoir qui de Joseph Olenghankoy ou Pierre Lumbi peut diriger le Rassemblement; Patrick Mayombe a-t-il oui ou non remis un document strictement inutile à la CENCO… et ceux qui se sentent plus intelligents, diront que le plus important c’est de savoir quand est-ce que nous allons enterrer Étienne Tshisekedi. D’autres, quand est-ce que l’accord sera appliqué… Quant à moi, je n’aurais pas la prétention de trouver un sujet plus important. Mais, il sied de noter que:

  • Nous n’avons toujours pas un candidat Premier ministre: à cause d’une histoire de trois noms ou pas;
  • Nous n’avons toujours pas de président du CNSA: là encore parce que chacun estime avoir raison;
  • Samy Badibanga n’a toujours pas accepté de démissionner: no comment;
  • Étienne Tshisekedi n’est toujours pas enterré: là encore no comment.

Ces quatre points constituent le blocage majeur au fonctionnement de notre pays. Je vous laisse donc le soin de vous rendre compte de l’état d’esprit de notre classe politique. Et comme le dit si haut la maxime: “l’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage.” Décembre 2017 c’est dans moins de 9 mois.

Je terminerais en citant l’Abbé Donatien Nshole: “nous sommes devant une division qui ne fait pas du bien au peuple“.

SOPOLITICO,
Par Litsani Choukran,
Le Fondé.

6 comments

  1. Belle réflexion! Peuple Congolais restons debout et prenons nous en charge car les politiciens se moquent de nous. Ils ont fait ça avec MOBUTU, KABILA le père et voila l’histoire se répéter avec KABILA fils… Il faut balayer toute la classe politique actuelle corrompue et sans idéal!

  2. Kabila ne partira pas par élections. Si L’Unon européenne est sincère pour aider la Rdc, il faut par la procédure de la Lybie.autre chose n’est qu’une distraction.

    1. Effectivement, ceux qui pensent que la Kabilie va organisé les élections Présidentielle et législative se trompent. Ils sont prêts à tout faire pourvu qu’ils gardent le POUVOIR. Ils n’ont plus de conscience. Même si, aujourd’hui le Rassemblement se rassemble autour d’un homme, il y aura les conditions fantaisistes de la Kabilie qui sont actuellement reprises fort malheureusement aussi par le MLC. En clair, la voie de sortie pour notre pays ne viendra pas dans l’accord du 31 décembre 2016, car celui-ci ne sera jamais, alors au grand jamais appliqué par la KABILIE. JE MET MA MAIN A COUPER.

      1. Kabila = Mobutu , rien n a changé, a part le nom du pays et le nom du president…….mais le peuple a toujours faim, n a pas d’electricité, n a pas d eau, pas d hopitales , pas d’ecole digne de ce nom ey le peuple est toujours massacré quand il ne se tait pas…………

  3. L’origine de tout le probleme au Rassemblement c’eat Lumbi qui a ose dire Que le poste du president du consiel des sages revenait a une autre composante que l’Udps. La solution acceptable par tous est de mettle Felix a la tete du conseil des sages et de garder la configuration ancienne du Rassemblement, Cela dejouera le manoeuvre du pouvoir qui refuse Felix premier ministre. Ca meme Kiungu et Olenga seront d’accord.

  4. Qui dit sans scrupules, dans le cas d’espèce en RDC (République Démocrature du Congo de l’imposteur Rwandais Tutsi Kanambe alias Joseph Kabila) dit être collaborationniste de l’occupant Tutsi Power en se prévalant de ses propres turpitudes avec des diplômes ronflants sans être un vrai intellectuel qui réfléchit honnêtement sur la situation actuelle au Kongo…

    La mafia pieuvre Tutsi Power qui occupe le KONGO est un serpent venimeux à plusieurs têtes. Le malheur de la Nation Kongo chère à Kimpa Vita, à Kimbangu, à Lumumba, à Kasa-Vubu et à Mulele est d’avoir une classe politique actuelle collaborationniste, corrompue, médiocre, inconsciente congénitale, pourrie, perdue, toxique pour la Nation Kongo et dangereuse pour le Peuple Kongo Souverain Primaire…

    C’est normal que des politichiens corrompus médiocres amateurs egoistes tentent une remontada ou unité de façade pour trouver une solution tactique à leur deal diabolique sur l’accord de la Cenco pour continuer la poursuite effrénée des postes ministeriels saisonniers sans impérium ni mainmise sur les postes regaliens de la RDC (République Démocrature du Congo de Satan Hitler Africain)…

    Le ridicule ne tue pas au Kongo ou RDC, c’est selon, les fanatiques aveugles adeptes de la pensée unique appellent maintenant cyniquement toute honte bue respectivement PILU (Pierre LUMBI) et FATSHI (Félix Antoine Tshilombo) en acceptant subitement un leadership individuel politique corrompu d’un opposant de façade dissident ou frondeur du PPRD du fameux G7 (7 Gangsters de la Majorité Présidentielle Tutsi Power) le Kanambiste Kabiliste Josephiste pur jus ex sbire du régime fantoche sanguinaire d’occupation Tutsi Power et de l’héritier inconscient congénital corrompu fanfaron du Tshisekedisme qui monnaye maladroitement la popularité de l’UDPS Officielle transformée en une officine familiale qui brasse les billets verts de la corruption passive et active…. SONI, PASI NA MAWA…

    Les élections ne sont pas la panacée à ce stade-ci. Aucun pays au monde occupé ou infiltré par une cohorte étrangère n’a été libéré par les élections, le fichier électoral corrompu rempli des doublons et des intrus est établi par l’infiltre Ougandais Corneille Nangaa pour un éventuel référendum de la présidence à vie de l’imposteur Rwandais Tutsi qui trône à la tête du pays…

    VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE ÉBOULEMENT FINAL COMME UN SECOND 04 JANVIER 1959 CAR LE COLON BELGE FUT PLUS FORT QUE L’OCCUPANT TUTSI POWER. LE FANATISME AVEUGLE EST UNE FORME D’ESCLAVAGISME MENTAL. 2017 EST L’ANNÉE DE L’IDENTIFICATION NATIONALE ET DE LA LIBÉRATION TOTALE DU KONGO OCCUPÉ PAR LE TUTSI POWER. INGETA

Comments are closed.