vendredi, octobre 9, 2020
DRC
10,835
Personnes infectées
Updated on 9 October 2020 à 16:35 16 h 35 min
DRC
317
Personnes en soins
Updated on 9 October 2020 à 16:35 16 h 35 min
DRC
10,242
Personnes guéries
Updated on 9 October 2020 à 16:35 16 h 35 min
DRC
276
Personnes mortes
Updated on 9 October 2020 à 16:35 16 h 35 min

Élections en avril 2018: l’ombre d’un nouveau glissement

- Publicité-

c0iqzhmveaaj4_5

Conformément à l’accord signé le 18 octobre 2016 à la Cité de l’Union africaine -UA-, les élections présidentielle et législatives doivent avoir lieu en avril 2018. Donnant cette précision devant un auditoire composé des parties prenantes à ce qu’il convient de qualifier de premier Dialogue politique national et inclusif, le président de la Commission électorale nationale indépendante -CENI-, Corneille Nanga Yobeluo a été precis. Aujourd’hui, à Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga, le président de la centrale électorale, échangeant avec différentes couches de la population dans le cadre de concertation révèle : « Tant qu’il n’y aura pas recensement de la population, le problème de dépassement des délais se répétera. »

Lisant entre les lignes, les analystes politiques craignent que le délai d’avril 2018 ne soit pas tenu. Deux arguments et non de moindre soutiennent leur thèse: le non-recensement -évoqué par Corneille Nanga- et le budget -non encore évoqué -. A en croire le site d’informations Actualité.cd, devant une centaine de délégués de partis politiques, de la société civile et des confessions religieuses, Corneille Nangaa a expliqué les défis auxquels la CENI est confrontée non sans déplorer la culture du provisoire qui a élu domicile dans le chef des RD-Congolais. Pour le patron de la CENI, le recensement administratif permettra au pays d’avoir un fichier permanent pour organiser les élections selon leurs cycles.

Pour de fins observateurs, ce cri d’alarme de Corneille Nanga laisse planer l’ombre d’un glissement. En dehors de ce non-recensement, ils évoquent les contraintes budgétaires. Le budget légué au pays par Matata Ponyo et qui sera défendu par le tout nouveau premier ministre, Samy Badibanga, est de quelque USD 4 milliards. Les élections, selon Corneille Nanga, coûteraient environ USD 1,8 milliard. C’est-à-dire près de la moitié de tout le budget. « Je suis sceptique. Rien n’indique que les élections auront lieu en avril 2018. Non seulement Corneille Nanga prépare nos esprits avec ce cadre de concertation mais il évoquera le manque de moyens financiers le moment venu », prédit un analyste.

A l’allure où vont les choses, tout porte à croire que les élections ne seront pas organisées en avril 2018.

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...