Dialogue de la Cenco: l’ouverture marquée par des fortes divergences

Il est 14h30 au Centre diocésaine de Kinshasa, les participants au Dialogue de la CENCO accèdent dans la grande salle avec sérieux mais plutôt relaxe. Difficile salutation, voir rare, observée entre les pro et anti-dialogue de la Cité de l’Union Africaine.

Débutée par une prière faite par l’abbé André Masimango, porte-parole adjoint cette structure de l’église catholique, l’ouverture n’a connue qu’un seul point à l’ordre du jour: discours du président des évêques catholiques du Congo.

Dans son mot d’ouverture le président de la Cenco a épinglé plusieurs versets bibliques qui invitent le peuple à privilégier le dialogue en cas de divergences. Mgr Marcel Utembi a profité de cette occasion pour inviter les acteurs socio-politiques à “bannir tout acte incitant à la violence” pour faciliter une bonne cohésion nationale.

“Des bonnes concessions doivent être faites pour un large consensus, donc un dépassement de soi”, a-t-il martelé.

Faibles applaudissements dans la salle, un arrêt d’une heure du temps sera décrété par ce prélat catholique en vue de permettre les négociations directes entre les deux camps. Au micro de Politico.cd, les participants aux négociations se sont montrés indifférents à l’appel des évêques.

czkdjynwqaejorp

Valentin Mubake, conseiller spécial d’Étienne Tshisekedi a signifié qu’il n’existe pas des concessions à faire entre le Rassemblement et le pouvoir qui est fin mandat. “Nous sommes venus pour sauver la constitution et à leur tenir informer que le 19 décembre existe”a-t-il conclu.

Lambert Mende réagissant à son titre de délégué de la famille politique du chef de l’État, a fait savoir que les discussions directes n’auront pas à dépasser 3 jours parce qu’il y a d’après une volonté d’aller vite. Au sujet de la date de 19 Décembre 2016, date de la fin du deuxième et dernier mandat du président Kabila, en fonction depuis 2006, le porte-parole du gouvernement sortant a laissé entendre “nous parlons de tout sauf de la date du 19 Décembre“.

Les membres de la société civile eux à leur tour préconisent “tout d’abord la paix avant la date mystifiée par la classe politique.

10 commentaires
  1. Ns restons sur la même date du 19/12/2016 la date qui permetrant au president de la Republican de quitté le pouvoir dans une voie passive

    1. nous peuple congolais, nous voulons le retour de notre pouvoir pour le confier à celui que nous voulons. le 19 décembre 2016 kabila fait son passage pacifique au sénat dans le cas contraire le peuple ne faira qu’appliquer l’article 64.

    2. le congolais ont besoin de la paix et rien que la paix,que les divergences politiciennes ne vous préoccupent pas.personne n peux imposer sa propre volonté a la destiné du pays,comme tous n’avons pa été prévoyant acceptons la proposition de la cenco pour n pa sacrifier notre avenir car après cette date la vie ne va pas s’arrêter et ambitions politiques vont tjr exister,bref privilégions le diolaque et non la vialonce.politiciens stagiaires trop ce trop .

  2. Lambert mende me fait rire ;parler de tout sauf la date du 19, c’est bien cette date qui a fait que ce dialogue soi convoqué. C papa me met ko à chacune de ses interventions

  3. lui mr kabila il n’a qu’a partir nous ne voullons plus de lui , c’est la population qui meurrent tous le jour, il arrive a la fin de son manda il doit qu’a partir si non le 19 il aura le caoo dans tout le coin

  4. ROHO NURU AANGAZE, ROHO UZIMA ATUTETEYE. HATUTEGEMEYE MTU YEYOTE NDANI YA ILE DIALOGUE. MUNGU PEKE YAKE AMEPANGA MAMBO YOTE. SALAAM WAKONGOMANI; BWANA AWE PAMOJA NASI.
    AMETIMIZA AHADI YAKE.
    MUNGU WA JOSHUA. AMEN

    1. Comme le gouvernement sortant a manqué la volonté d’organiser les élections dans le délais prévu par la constitution, il avant tout responsable de tout le troubles, désordre,soulèvement qui se vie actuellement et s’il résiste de laisser le pouvoir ce 19 du mois en cours, il sera responsable de tout. Sauf chers compatriotes ça prête confusion quand il accepte le second Dialogue ; qui dirige qui entre opposition et majorité ! Pouvons nous croire que les décisions pouvant sortir du nouveau Dialogue annuleront celles du premier? S’il en est le cas,que va devenir l’actuel premier ministre !. Congolais, Congolaises,… Mettons un peu d’eau dans le vin.

  5. La bonne résolution est la mise en acte de la volonté de souverain primaire, sinon l’application de l’article 64 de la constitution

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Lambert Mende: “Nous avons encore besoin de Kabila pour longtemps”

POLITICO Magazine rencontre Lambert Mende Omalanga, actuel Porte-parole du gouvernement, mais qui aura eu la chance d’avoir été tour à tour dans la rébellion contre le père de Joseph Kabila, dans l’opposition politique contre ce dernier, pour finir par rejoindre la Majorité Présidentielle, sur laquelle s’appuie largement le Président de la République. Depuis 2008, le ministre Mende est l’une des pièces maîtresses du président Joseph Kabila. Dans cette interview exclusive, le ministre congolais de la Communication et des Médias revient sur l’oeuvre du président jospeh kabila, depuis son arrivée au pouvoir à ce jour.

Terminus pour Bruno Tshibala?

Au moment où il représentait le président Kabila au 37ème sommet de la SADC en Afrique du Sud, le Premier ministre Bruno Tshibala vivrait, à en croire la situation au pays, ses dernières heures en tant que Chef du gouvernement de transition. 

Ne Muanda Nsemi: le libérateur que personne n’aime

Il veut libérer le Congo du règne du président Joseph Kabila, mais personne ne veut de lui. Du côté du pouvoir tout comme de celui de l’opposition et même au sein de l’opinion publique, le député Zacharie Badiengila, alias Ne Muanda Nsemi, reste un trouble-fête. 

Tribune: “Ewanga s’est mordu la queue”

Patrick Kalimba, lecteur de POLITICO.CD, revient sur  la sortie de l’ancien Secrétaire général de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), Jean-Bertrand Ewanga, qui s’est littéralement attaqué à l’opposant Vital Kamerhe, l’accusant notamment d’avoir un ego vis-à-vis de Moïse Katumbi.