mercredi, septembre 30, 2020
DRC
10,659
Personnes infectées
Updated on 30 September 2020 à 20:03 20 h 03 min
DRC
248
Personnes en soins
Updated on 30 September 2020 à 20:03 20 h 03 min
DRC
10,139
Personnes guéries
Updated on 30 September 2020 à 20:03 20 h 03 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 30 September 2020 à 20:03 20 h 03 min

Les congolais Hutu se disent victimes de « canibalisme » dans le Nord-Kivu

- Publicité-

Un groupe dénommé « la Jeunesse Hutu du Nord-Kivu » a déposé en août dernier un mémorandum auprès des autorités pour demander la « protection de l’Etat » en faveur de leur communauté.  Dans cette correspondance adressée notamment au Président Joseph Kabila et au gouverneur du Nord-Kivu Julien Paluku, des représentants de cette communautés accusent des autorités provinciales et même des députés nationaux et sénateurs d’inciter à la « haine » contre les ressortissants  congolais d’origine Hutu.

Dans une lettre du 31 août dernier, dont Politico.cd s’est procurée une copie, Dieudonné Malere, le maire de la ville de Goma a fait savoir à cette organisation qu’il était impossible de répondre à leur requête. Car, estime-t-il, qu’ils (ces représentants de la communauté hutu) étaient des « personnes non autrement identifiées« . Il n’existe en effet, pas d’organisation enregistrée auprès de service de l’Etat ou de la province du Nord-Kivu dénommée « la Jeunesse Hutu du Nord-Kivu« .

14569630_10210247304116292_1637940570_n

 

Mardi à Kinshasa, Innocent Segihobe, le représentant de ce « mouvement » a interpellé l’opinion tant nationale qu’internationale sur les « violations des droits de l’homme » dont serait victime le peuple Hutu.

Ecoutez Innocent  Segihode

Le Nord-Kivu, épicentre des conflits ethniques et base de nombreuses guerres ayant ensanglanté la RDC depuis plus de deux décennies, s’est remis à brûler. Tout a commencé en novembre 2015,  avec le massacre de Buleusa, jusque-là paisible cité au nord du territoire de  Walikale, dans le groupement d’Ikobo, lorsque des Nande ont attaqué les Hutu, tuant  plusieurs d’entre eux et incendiant leurs maisons, poussant les rescapés à fuir à Miriki, se réfugier dans un camp des déplacés.

Le nombre de victimes Hutu n’est pas connu à ce jour, mais des sources parlent de plus d’une centaine de personnes tuées. C’est à Miriki que, en janvier 2016, 18 personnes Nande seront tuées. Des sources ont accusé les FDLR, qui ont fermement démenti. Pour de nombreux Nande, « ces miliciens rwandais »  auraient voulu venger leurs cousins Hutu congolais.

- Advertisement -

Depuis une guerre ethnique s’est installée entre les deux communautés, alors que l’Etat reste impuissant face à ce fléau dans une région déjà gangrenée par des groupes rebelles qui causent désolations.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...