PUBLICITÉ

Les congolais Hutu se disent victimes de « canibalisme » dans le Nord-Kivu

Un groupe dénommé « la Jeunesse Hutu du Nord-Kivu » a déposé en août dernier un mémorandum auprès des autorités pour demander la « protection de l’Etat » en faveur de leur communauté.  Dans cette correspondance adressée notamment au Président Joseph Kabila et au gouverneur du Nord-Kivu Julien Paluku, des représentants de cette communautés accusent des autorités provinciales et même des députés nationaux et sénateurs d’inciter à la « haine » contre les ressortissants  congolais d’origine Hutu.

Dans une lettre du 31 août dernier, dont Politico.cd s’est procurée une copie, Dieudonné Malere, le maire de la ville de Goma a fait savoir à cette organisation qu’il était impossible de répondre à leur requête. Car, estime-t-il, qu’ils (ces représentants de la communauté hutu) étaient des « personnes non autrement identifiées« . Il n’existe en effet, pas d’organisation enregistrée auprès de service de l’Etat ou de la province du Nord-Kivu dénommée « la Jeunesse Hutu du Nord-Kivu« .

- Publicité-

14569630_10210247304116292_1637940570_n

 

Mardi à Kinshasa, Innocent Segihobe, le représentant de ce « mouvement » a interpellé l’opinion tant nationale qu’internationale sur les « violations des droits de l’homme » dont serait victime le peuple Hutu.

Ecoutez Innocent  Segihode

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/286132073″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Le Nord-Kivu, épicentre des conflits ethniques et base de nombreuses guerres ayant ensanglanté la RDC depuis plus de deux décennies, s’est remis à brûler. Tout a commencé en novembre 2015,  avec le massacre de Buleusa, jusque-là paisible cité au nord du territoire de  Walikale, dans le groupement d’Ikobo, lorsque des Nande ont attaqué les Hutu, tuant  plusieurs d’entre eux et incendiant leurs maisons, poussant les rescapés à fuir à Miriki, se réfugier dans un camp des déplacés.

Le nombre de victimes Hutu n’est pas connu à ce jour, mais des sources parlent de plus d’une centaine de personnes tuées. C’est à Miriki que, en janvier 2016, 18 personnes Nande seront tuées. Des sources ont accusé les FDLR, qui ont fermement démenti. Pour de nombreux Nande, « ces miliciens rwandais »  auraient voulu venger leurs cousins Hutu congolais.

Depuis une guerre ethnique s’est installée entre les deux communautés, alors que l’Etat reste impuissant face à ce fléau dans une région déjà gangrenée par des groupes rebelles qui causent désolations.

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU