En Belgique, le ton monte contre Kabila

6
1315
Photo d'archive.

Alors que Didier Reynders, le Ministre belge des Affaires Etrangères a appelé ce soir au lancement « sans délai » d’une enquête indépendante après des affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants de l’opposition, faisant plusieurs morts le 19 et le 20 septembre dernier à Kinshasa; de son côté, l’organisation 11.11.11 demande au chef de la diplomatie belge, Didier Reynders « d’en faire plus« .  « L’enquête doit être menée par des rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies« , réclame-t-elle via RTBF.be.

« L’appel initial au calme et à la retenue du gouvernement belge est compréhensible: nous ne voulons pas mettre en danger nos propres concitoyens au Congo. Mais cela ne doit pas nous empêcher d’avoir une position claire: la République démocratique du Congo a droit à un avenir sans Kabila« , a déclaré le député Peter Luyckx dans un communiqué.

kabila reynder

« La Belgique doit également s’engager en faveur de sanctions individuelles prises par l’Union européenne contre les auteurs de la répression« , estime cette organisation de la Belgique flamande.

En juillet dernier, c’est le parlement fédéral de l’ancien puissance coloniale qui avait voté une résolution pressant le pouvoir congolais d’organiser des élections « dans le respect de sa Constitution« .  Ce texte demandait entre autres au gouvernement belge de geler son aide bilatérale directe envers la RDC  « si la date des élections prévue par la Constitution n’est pas respectée« .

Ce texte du 20 juillet dernier demande également au gouvernement belge de plaider pour de telles initiatives sur la scène européenne et internationale, sans exclure la Belgique puisqu’il est précisé, au terme d’un compromis entre majorité et opposition, que la Belgique ne doit « pas hésiter à instaurer lui-même de telles sanctions« .

Des sources concordantes citées par RTBF rapportent aujourd’hui que le parlement belge envisage des sanctions ciblées (interdictions d’entrée sur le territoire et gels des avoirss) à l’encontre d’auteurs de violences et de violations des droits de l’homme du 19 et 20 septembre dernier à Kinshasa.

Avec RTBF.

6 Commentaires

  1. Le tyran joseph kabira n’écoute pas le langage simple, mais plutôt celui de la force.
    Nous avons au Congo plein des charniers et le fleuve Congo saturé des cors tués par les hommes de kabira qui ordonne massacres et viols des femmes y compris des bébés. On appell cela « CRIME CONTRE L’HUMANITÉ » Arrivé finmandat, kabira s’arrange et réfuse d’organiser les élections dans le but de glisser et aller au-delà du delai constitutionnel, alors le peuple dit »NON, pas même 1 jour de plus pour kabira comme président de la République » Donc le 19 decembre kabila doit passer la main et on peut faire une transition sans lui l’incapable et incompetent. Que la CPI ouvre une enquête sur les massacres en RDC dont mr kabila et ses hommes s’en sont rendus coupables des crimes contre l’humanité!

Comments are closed.