Dialogue: le point sur la situation!

Les Opposants qui participent au Dialogue politique en République démocratique du Congo ont claqué la porte, exprimant leur divergence avec la Majorité Présidentielle sur le déroulement du scrutin présidentiel à venir. Du côté du pouvoir, on veut « calmer le jeu ».  La situation EN CLAIR. 

Lundi à Kinshasa, Vital Kamerhe, en tête de la meute d’Opposants qui participent au Dialogue politique qui s’est ouvert depuis le 1er septembre dernier, a annoncé la suspension de ces derniers des travaux en cours.

Dans un communiqué parvenu à Politico.cd, le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) fait savoir, au nom des Opposants, son désaccord avec la proposition de la Majorité Présidentielle d’organiser la Présidentielle qu’après les élections locales.

« La MP propose de commencer par les locales, mais avec le problème posé par la décentralisation et les groupements fictifs et d’autres qui se chevauchent, c’est un chemin sans issue. Nous avons suspendu notre participation pour dire que c’est une question non négociable. Ils ont créé cette situation et veulent l’aggraver. Ils seront seuls comptables devant la nation et devant la communauté internationale« , explique l’Opposant Vital Kamerhe.

IMG-20160912-WA0014

La bataille  sur la tenue de la présidentielle et des élections locales a été enclenchée le vendredi 09 septembre aux assises du Dialogue alors que l’opposition et la Majorité se sont longuement disputées autour de la priorité des élections à tenir dans l’élaboration du prochain calendrier du cycle complet des élections.

Déjà le vendredi, Vital Kamerhe, co-modérateur du Dialogue pour le compte de l’Opposition, affirmait que le cycle électoral à venir « doit commencer par la présidentielle couplée des législatives« .

De son côté,  Léonard She Okitundu, porte-parole de la Majorité au Dialogue, pensait que  « le cycle électoral n’aura son sens que s’il commence par les élections au niveau de la base« . D’après le sénateur Pprd, la « RDC comme pays démocratique n’a jamais démocratiser sa base« .

Ecoutez Vital Kamerhe et Léonard She Okitundu

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/282154378″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Joint au téléphone par Politico.cd, Jolino Makelele, le Porte-parole de l’UNC explique que son parti ne reviendra au Dialogue que « si la Majorité accepte la tenue de la présidentielle avant toute élection« .

« Nous avons décidé de suspendre notre participation au Dialogue, dans la mesure où le co-modérateur de la Majorité a eu tendance à privilégier la séquence commençant par les élections locales, pour terminer plus tard par la présidentielle (…) pour nous, c’est contraire à la Constitution et à la résolution 2277 (de l’ONU). Et, surtout, au fait que le peuple réclame que l’élection présidentielle soit tenue selon le délai constitutionnel« , explique-t-il.

dialogue-kamerhe

Toutefois, M. Makelele affirme que l’Opposition reste « flexible« , n’étant finalement pas contre l’idée  que la Présidentielle soit « couplée avec une autre élection« .

« Nous ne sommes pas contre qu’on arrive à coupler une autre élection à la présidentielle. Par exemple, les législatives et les provinciales (…), mais nous ne voulons pas la locale (élection locale) parce que c’est la plus compliquée à organiser« , a fait savoir le Porte-parole du parti de Vital Kamerhe.

 

Ecoutez Jolino Makelele

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/playlists/258618728″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

De son côté, la Majorité Présidentielle relativise cette situation. Pour la famille politique du président Joseph Kabila, il s’agit d’une « divergence en pleine négociations« .

« Nous sommes deux familles politiques en pleine négociations. Et c’est normal qu’il ait ce genre de situation. Nous allons continuer avec des pourparlers pour obtenir un consensus« , déclare un Sénateur de la Majorité à Politico.cd

Léonard She Okitundu, autre Sénateur de la Majorité, condamne pour sa part les opposants.

« On ne vient pas aux négociations avec un point de vue préétabli (…) Il est temps que le facilitateur  (Edem Kodjo) entre en action. A lui d’offrir les bons offices pour r ramener toutes les parties à la table des négociations », suggère-t-il

Pendant ce temps, Vital Kamerhe affirme que les opposants ne reviendront que « si leur revendication est satisfaite »

Ecoutez Vital Kamerhe. 

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/282564809″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Les heures qui vont venir détermineront ainsi l’issue de ce forum politique qui du reste est toujours boycotté par une large partie de l’Opposition congolaise, notamment Moïse Katumbi et Etienne Tshisekedi.

 

Partager cette publication
LIRE ENCORE