RDC: le 1er Forum National d’Identification des Victimes et de l’Écosystème recommande la délivrance d’une carte des victimes sécurisée

WhatsApp Image 2023-12-01 at 7.56.13 AM

Les lampions du premier Forum National d’Identification des Victimes et de l’Écosystème (IVE) se sont éteints le mercredi 29 novembre à l’hôtel Hilton de Kinshasa avec plusieurs recommandations formulées par les commissions en faveur des victimes liées aux conflits et autres crimes internationaux.

Le ministre des Droits Humains, Fabrice Albert Puela qui a clôturé ces assises de trois jours, a fait savoir qu’il était important que les acteurs réfléchissent avec l’ensemble de partenaires qui constituent l’écosystème pour savoir comment agir tout en jeter des fleurs à l’équipe du FONAREV à travers son Directeur général, Lucien Lundula Lotatui et DGA, Emmanuella Zandi pour le travail qui a été abattu.

Dans son mot, le Directeur général du FONAREV a tenu à remercier les participants qui ont permis d’avoir des échanges à la fois riches, ouverts et intéressants et parfois même tendus disposant d’un niveau d’expertise avérée et offrant ainsi au FONAREV une opportunité d’enrichir ses outils de travail, ses méthodes, ses techniques, ses stratégies opérationnelles de gestion et de collaboration avec toutes les parties prenantes.

Pour lui, en effet, les discussions et échanges ont été fructueux montrant à la fois que les victimes et les organisations accordent au processus de l’identification qui est en soi le fondement même d’une réparation individuelle et collective crédibles destinée aux véritables victimes.

Dans cette litanie de recommandations formulées dans ce premier forum national IVE, Lucien Lundula Lotatui a noté la réalisation d’une identification pilote pour déterminer la durée du processus d’identification par zone opérationnelle ; la mise en place des mesures visant à accroître la crédibilité du processus en impliquant les associations des victimes, les ONGs, les structures de prise en charge de l’époque et les autorités locales tout en tenant compte de l’historique du lieu et des circonstances que les crimes ont été commis; l’identification des victimes congolaises vivant dans les pays limitrophes et le démarrage par la région de l’Est en raison du nombre élevé des victimes et la durée d’attente.

À cela s’ajoutent, la définition d’une approche claire pour la gestion de « la liste Unique consolidée » avec un mécanisme de contrôle individuel de chaque victime afin d’éviter toute modification frauduleuse des données ; la délivrance d’une carte des victimes sécurisée; l’équilibre éthique dans le recrutement du personnel.

À cet effet, Lucien Lundula Lotatui a laissé entendre que le FONAREV travaillera en étroite collaboration avec les différents ministères concernés pour mettre en œuvre les actions des réparations conformément aux politiques nationales sectorielles et aux fonds alloués à l’écosystème.

Aussi, dit-il, le FONAREV définira les tâches spécifiques pour chaque mission confiée aux partenaires sélectionnés conformément aux principales missions reconnues à l’écosystème notamment : la participation à l’identification des victimes; la prévention des violences sexuelles liées conflits et autres crimes internationaux; la prise en charge médicale des victimes; l’accompagnement psychosocial des victimes; l’assistance juridique et judiciaire des victimes; la réinsertion socio-économique des victimes; la protection et le plaidoyer en faveur des victimes.

À l’en croire, il a également été recommandé d’élaborer un projet de plan stratégique en quatre axes visant à informer les victimes sur le processus d’identification; les inciter à se faire identifier librement par des agents habilités et à partager leurs histoires dans les conditions garantissant la confiance, la confidentialité et la sécurité; sensibiliser le grand public à l’importance d’identifier les vraies victimes; encourager les autorités et les partenaires à soutenir cette opération afin de renforcer la confiance entre les victimes, l’écosystème et le FONAREV.

Pour renforcer la confiance entre les victimes, l’écosystème et le FONAREV et de mobiliser toutes parties pour assurer le succès du processus, le Directeur général du FONAREV, Lucien Lundula a indiqué que la campagne de communication diffusera des messages axés sur 4 thèmes principaux : « Désormais vous n’êtes plus seuls ; vous avez droit à la justice et aux réparations ; Votre voix compte ; Aidez-nous à vous identifier et à savoir ce qui vous est arrivé. En somme, utiliser les victimes comme des acteurs de la communication ».

« Nous tenons à souligner que notre partenariat, notre collaboration, et notre cohésion avec les victimes, l’écosystème et les partenaires internationaux seront essentiels pour relever les nombreux défis qui se présentent à nous. Les recommandations formulées lors de ce forum seront prises en compte avec une grande attention. Nous sommes convaincus de l’engagement de chacun d’entre vous, à aider les victimes à se reconstruire et à entamer une nouvelle vie plus digne », a-t-il déclaré.

Ce premier forum national IVE a été organisé par le Fonds national de réparation des victimes des violences sexuelles liées aux conflits et autres crimes contre la paix et la sécurité de l’humanité (FONAREV) en partenariat avec l’écosystème. Il s’est tenu du 27 au 29 novembre à l’hôtel Hilton de Kinshasa en présence d’une frange de victimes.

Christian Okende