Nord-Kivu : les finalistes de Bapre contraints de parcourir plus 50 km pour la capture des photos passeports

IMG-20231104-WA0096

Le président de la société civile dans la province du Nord-Kivu a plaidé pour l’organisation de la mise en place par l’inspection provinciale de l’enseignement primaire secondaire et technique (EPST) de cette région, de l’opération de capture des photos passeports des élèves finalistes.

Selon cette structure, plusieurs élèves du secondaire dans le secteur de Bapre sont obligés de parcourir au moins 50 kilomètres pour participer à cette opération de capture à Ndjiapanda, localité qui abrite la sous-division éducationnelle couvrant les secteurs de Bapere et Baswagha, dans le territoire de Lubero.

Pour atteindre la localité de Njiapanda, ces élèves finalistes sont également obligés de dépenser entre 10 à 25 USD de frais de transport.

« Les photos normalement devaient se prendre dans des écoles. C’est le service de l’inspection qui devait se déplacer pour atteindre les écoles. D’ailleurs c’était ça l’instruction. Mais quand vous déplacez quelqu’un de Masoya, Kambau, Vinjo… Pour venir se photographier, il faut engager plus de dix dollars, vingt-cinq pour payer le transport pour des enfants, ce n’est pas facile », a fait savoir Samuel Kakule, président de la société civile.

Pour lui, ces dépenses « inutiles » instituées par le ministère de l’Enseignement primaire secondaire et technique ( EPST) sont au détriment des parents.

De son côté, l’inspecteur chef de pool du secondaire de Njiapanda, David Kavusa a affirmé que cette instruction de faire déplacer les finalistes vers le pool d’inspection est venue de sa hiérarchie.

Gloire MALUMBA