Crise au Tchad : Félix Tshisekedi en mission de médiation à N’djamena

IMG-20230718-WA0059

Le Président de la République, Félix Tshisekedi, facilitateur désigné du processus de transition au Tchad, séjourne depuis la matinée de ce mardi 18 juillet, dans la capitale tchadienne, N’djamena, où il va poursuivre des consultations visant à trouver des solutions adéquates à la crise politique que traverse actuellement le pays d’Idriss Deby.
 
À son arrivée en terre tchadienne, le Chef de l’État congolais a été reçu par son homologue, actuel président de transition, Mahamat Idriss Déby.

Au programme de son séjour à N’djamena, il est prévu que Félix Tshisekedi ait une séance de travail avec l’équipe gouvernementale tchadienne et échange avec des représentants du système des Nations unies, de l’Union africaine, de l’Union européenne et des Etats-Unis. En même temps, une réception des principaux partis politiques et des membres de la société civile tchadienne, est également au rendez-vous.

Le facilitateur désigné du processus de transition au Tchad bouclera ainsi sa visite le mercredi 19 juillet, par une conférence de presse qu’il animera conjointement avec Mahamat Idriss Déby.

La RDC au chevet du Tchad

Le 20 avril 2021, le monde apprenait avec stupeur le décès en zone de combat, d’Idriss Déby Itno, président de la République du Tchad pendant 25 ans. La mort de celui qui était alors considéré comme guide de toute une République, a par conséquent plongé le Tchad dans une instabilité politique sans précédent.

Le général d’armée, Mahamat Idriss Déby, fils biologique d’Idriss Déby Itno, proclamé président du Conseil militaire de transition puis président de la transition – faisant fonction de Chef de l’État – devait remettre le pouvoir aux civils par des élections libres et démocratiques, après une transition fixée en amont à seulement 18 mois.
 
Au terme de cette échéance, il avait décidé prolongé sa présidence de 24 mois au maximum et a été autorisé à se présenter à la présidentielle sur recommandation du Dialogue national inclusif et souverain (DNIS), boycotté par une partie de l’opposition politique et de quelques groupes rebelles armés. Ce qui a entraîné une vague de mouvements de protestation.

En réaction à cette situation chaotique, le 25 octobre 2022, les Chefs d’État de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont lors d’un sommet extraordinaire de cette organisation sous-régionale tenu à Kinshasa, en République démocratique du Congo, désigné Félix Tshisekedi comme facilitateur du processus de transition au Tchad, avec pour rôle principal de recréer la confiance entre les différentes parties prenantes à ce processus, de concilier leurs vues afin de trouver un accord devant mener aux prochaines élections et de promouvoir la paix.


 
Comme renseigné par la Présidence congolaise, dans cette médiation, Félix Tshisekedi est appuyé par deux personnalités : l’ancien ministre congolais de l’Intégration régionale, Didier Mazenga, et le Président de la Commission de la CEEAC, l’angolais, Gilberto Da Piedade Verissimo. Ces deux derniers avaient été officiellement désignés envoyés spéciaux du facilitateur.
 
Pour rappel, le Chef de l’Etat congolais avait déjà entrepris plusieurs contacts avec les protagonistes de la crise tchadienne, avant cette visite à N’djamena. Le 02 mai dernier, il recevait en audience dans la capitale congolaise, le président du parti d’opposition tchadien « Le Réformateur », Succès Masra, avec qui, il avait échangé sur les voies et moyens de réconcilier le pouvoir et l’opposition au Tchad.
 

Monge Junior Diama