RDC : Bemba note la poursuite des opérations militaires contre les milices et pour la défense de la patrie face au M23/RDF

IMG-20230717-WA00451

Le Vice-Premier Ministre, Ministre de la Défense Nationale et Anciens Combattants, Jean-Pierre Bemba, a, au cours de la cent-quatrième réunion du conseil traditionnel des Ministres, tenue vendredi, fait le point de la situation sécuritaire à l’Est du pays, caractérisée, a-t-il confié, par la poursuite des opérations militaires contre les groupes armés CODECO et les terroristes en Ituri, la traque des assaillants Mobondo, à l’ouest, et la défense de la patrie contre les attaques des terroristes M23/RDF dans le Nord-Kivu.

À en croire Bemba, ces dernières actions des terroristes sur terrain, feignant être la cible des groupes d’autodéfense, s’inscrivent indubitablement dans ce cadre.

« À l’Ouest, du pays, en dépit de leur éloignement du long du fleuve, les assaillants Mobondo se montrent encore actifs dans certaines localités où ils continuent à semer la désolation, principalement dans les provinces du Kwango, de Maï-Ndombe et dans les communes rurales de Kinshasa. Leur traque par des forces loyalistes se poursuit sans désemparer », a dressé le patron de la Défense.

Cependant, dans le chapitre de la diplomatie de la défense, le Vice-Premier Ministre, Ministre de la Défense Nationale et Anciens Combattants a, souligne le compte-rendu parvenu à POLITICO.CD, fait rapport au Conseil des différentes réunions stratégiques auxquelles il a pris part. Ici, un accent particulier a été mis sur la réunion tenue à Goma le 12 juillet dernier.

Dans cette réunion, les parties prenantes ont ressorti qu’une équipe de travail technique a été mise en place pour comptabiliser et répertorier les matériels ainsi que les équipements acquis par le Gouvernement Congolais, d’une part; et la MONUSCO, d’autre part. D’après le gouvernement , cette équipe a également la charge de présenter les priorités et les chronogrammes des tâches à exécuter dans la réhabilitation du site de pré-cantonnement de Rumangobo.

Mais aussi, la reaffirmation par la RDC du principe du retrait, désarmement, cantonnement M23 d’abord, et le dialogue dans le cadre du processus de Nairobi incluant tous les groupes armes, ensuite, le cadre de pré-discussion pour le pré-cantonnement et cantonnement ne constitue pas un nouveau processus. C’est une initiative pour la matérialisation des diverses décisions prises par les différents Sommets dans le cadre de la feuille de route conjointe de Luanda et Nairobi.

Enfin, la RDC a de nouveau réitéré sa demande de retrait du territoire Congolais, des éléments des Forces armées rwandaises (RDF).

Par ailleurs, dans le même chapitre sécuritaire, Jean-Pierre Bemba a porté à la connaissance du Conseil de la poursuite du contrôle biométrique dans la 3ème Zone de Défense. D’après lui, « à ce jour, ce contrôle tend à démontrer la disparité entre les effectifs déclarés et ceux réellement opérationnels. Le rapport sera fonction de la consolidation des données obtenues et de la prise en compte des retardataires ainsi que des absents justifiés lors du passage. Ce contrôle vise la maitrise des effectifs », a-t-il expliqué.

Bemba aussi souligné envoi à la Justice Militaire des dossiers des fournisseurs suspectés de détournements à la suite d’une enquête déclenchée sous sa direction afin de décourager les mauvaises pratiques et redresser la gestion des approvisionnements. En effet, précise-t-on, ces derniers ne parvenaient pas à fournir les services au prorata des montants perçus.

Enfin, dans le cadre de la redevabilité, les deux Commissions instituées par Arrêtés ministériels en vue d’enquêter sur les allégations et dénonciations en rapport avec les violations des droits de l’homme et de droit international humanitaire ont présenté les conclusions liminaires en ce qui concerne les viols dans les camps des déplacés internes en province du Nord-Kivu, autour de Goma, ainsi que les exactions dans la crise de Kwamouth dans le Mai-Ndombe. Le gouvernement note ainsi le bilan faisant état de 28 cas d’exactions déférées en justice et des peines sévères prononcées.

« Sur 140 Villages de Kwamouth, 74 sont sous menaces des assaillants Mobondo. D’où la difficulté de recueillir plus de données », a-t-il chuté.

Serge SINDANI