Élections 2023: la CENI refuse d’entreprendre un autre audit du fichier électoral

IMG-20230711-WA0018

La commission électorale nationale indépendante (CENI) a répondu, à travers d’un communiqué rendu public ce lundi 10 juillet, les 4 leaders de l’opposition congolaise avec Adolph Muzito après leurs préoccupations soulevées lors des échanges avec le président de la centrale électorale, Denis Kadima sur le processus électoral en cours.

S’agissant de l’exigence de 4 leaders de l’opposition sur l’audit externe du fichier électoral, la CENI a fait savoir que cet audit externe ne constitue pas en soi une exigence légale, et moins encore réglementaire dans le contexte de la RDC.

Il est plutôt, d’après elle, une activité calendaire qui fait partie des bonnes pratiques reprises dans le Plan Stratégique de la Centrale Électorale en vue de répondre au souci de transparence dans la constitution du fichier électoral et de toutes les autres opérations.

« C’est de plein gré que la CENI s’y est soumise. La plénière a noté qu’hormis la récusation de la composition de la mission d’audit externe, aucun argument sérieux n’est venu contredire les conclusions de cette mission. La plénière trouve ainsi illogique d’entreprendre un autre audit externe du fichier électoral sans une justification solide. Enfin, diligenter une nouvelle mission d’audit externe du fichier électoral risquerait d’éloigner la CENI de ses priorités courantes et prochaines qui se focalisent sur les étapes devant conduire à l’organisation effective et dans le délai, des scrutins du 20 décembre 2023 », a déclaré Patricia Nseya, rapporteur de la CENI.

Cette déclaration de la CENI est tombée dans l’opposition comme un cheveu dans la soupe. Le premier qui ne veut pas l’avaler, est l’opposant Martin Fayulu.

Ce dernier a laissé comprendre que les congolais ne sont pas des moutons de Panurge pour aider la CENI à matérialiser ce qu’il qualifie de fraude électorale.

« Kadima, l’assemblée plénière de la CENI et leurs commanditaires pensent que les Congolais sont des moutons de Panurge qui vont les aider à matérialiser une nouvelle fraude électorale en RDC. Ils ont tout faux », a-t-il écrit Martin Fayulu.

Pour donner plus de la voix, Martin Fayulu a promis de s’exprimer devant la presse ce mercredi 12 juillet pour fixer l’opinion sur le processus électoral en cours.

Pour rappel, le Président de la CENI, Denis Kadima avait engagé le 30 juin dernier des discussions avec l’opposition dans le but d’explorer ensemble de solutions réalistes pour un processus électoral plus inclusif.

Les leaders de l’opposition avaient exigé au président de la CENI un autre audit externe du fichier électoral. Ils avaient recommandé à ce que cet audit soit entrepris par un organisme international indépendant et qualifié.

Christian Okende