Violences au grand Bandundu, restriction de l’espace social et montée des discours de haine, le conseil de sécurité de l’ONU tire la sonnette d’alarme

IMG-20230627-WA0038

Au cours de sa prise de parole devant le Conseil de l’ONU consacré à la RDC, la Sous-Secrétaire générale des Nations Unies pour l’Afrique, Martha Pobee, est revenue sur la situation sécuritaire dans la partie Ouest de la RDC.

« Outre les défis sécuritaires et humanitaires dans l’est de la RDC, des poches d’instabilité ont refait surface dans l’ouest et le sud du pays. La violence a persisté dans les provinces du Mai-Ndombe, du Kwilu et du Kwango, et s’est propagée à Maluku dans la province de Kinshasa », a indiqué Mme Pobee.

Elle exhorte les autorités à demander des comptes aux auteurs de violences et à prendre des mesures pour renforcer la cohésion sociale afin de préserver les acquis de la stabilité dans ces zones.

En ce qui concerne les droits de l’homme, elle a soutenu que la situation reste préoccupante. Elle est particulièrement alarmée par la restriction de l’espace civique et l’augmentation des discours de haine.

Par ailleurs, elle est particulièrement préoccupée par les informations faisant état d’une augmentation de la violence à l’encontre des femmes dirigeantes et militantes politiques.

Notons que Martha Pobee a terminé son speech en exhortant les autorités, la société civile et les acteurs politiques « à œuvrer pour promouvoir un espace civique pacifique, tolérant et inclusif, en particulier à l’approche des élections de décembre 2023.

David Mukendi