Agression dans l’Est: la société civile du Nord et Sud-Kivu envisage mobiliser la population jusqu’à descendre au champ de bataille

IMG-20230131-WA0093

La société civile de la province du Nord et Sud-Kivu a annoncé pour début février, une résistance populaire contre l’agression du Rwanda à travers le M23. Les forces vives de ces provinces ont fait cette annonce à travers un mémorandum adressé ce mardi 31 Janvier à Evariste Ndaishimiye, Président du Burundi et Président en exercice de l’EAC.

A travers ce document décriant la guerre du M23 et l’inaction de la communauté internationale dont l’EAC, la société civile du Kivu a invité l’armée congolaise, la force de l’EAC et la MONUSCO à combattre directement le M23. Les forces vives ont par ailleurs, menacé de mobiliser la population à manifester devant les représentations nationales et internationales dans toutes les villes de la province.

L’autre option qu’envisage la société civile est celle de mobiliser les populations jusqu’à descendre sur le champ de bataille pour défendre la nation selon les dispositions de l’article 63 de la Constitution.

« Devant ces évidences d’extermination des populations congolaises par le Rwanda dans ses visées expansionnistes et génocidaires en RDC. Prenant acte de l’ambiguïté des puissances complices des forces de la MONUSCO et de l’EAC, la société civile des provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu annonce que dans les jours très proches du début du mois de février 2023, nous allons nous prendre en charge conformément à l’article 63 de notre constitution. Ça sera en organisant de manière continue une résistance populaire non violente par des manifestations publiques populaires devant les représentations des ambassades et agences régionales et des nations unies régionales et représentations du gouvernement congolais et de la région militaire sur toute l’étendue de la province », ont indiqué les forces vives dans leur mémorandum.

« D’autres actions seront initiées dont les journées villes mortes, peintres les murs des maisons le long des graves artères. La mobilisation de la population pour aller à Rutshuru en vue de combattre les M23 et défendre l’intégrité de la nation comme le veut la constitution », ont-ils renchéri.

Dans la foulée, la société civile a recommandé aux Chefs d’États membres de l’EAC à ordonner à ses forces de combattre les M23/RDF en défaut de quoi, elle exigera le départ des soldats de cette force du sol congolais.

Ismaël Kabuyaya