Soutien européen de 20 millions € à l’armée rwandaise : « Nous n’acceptons pas que l’UE soit indirectement responsable de l’instabilité en RDC » (Maria Arena)

IMG-20221203-WA0051

Les voix continuent à s’élever après l’adoption par l’Union européenne d’une mesure d’assistance évaluée à 20 millions d’euros destinés à soutenir la poursuite du déploiement des Forces de défense rwandaise (RDF) pour lutter contre le terrorisme dans la province de Cabo Delgado au Mozambique.

En réaction à cette décision d’assistance de l’Union européenne à l’armée rwandaise pourtant « accusée d’opérer aux côtés de terroristes du M23 dans l’Est de la République démocratique du Congo », la députée européenne belge, Maria Arena, est montée au créneau ce samedi 3 novembre, dans laquelle, elle a exprimé sa totale désapprobation quant à la décision prise par cette institution européenne.

« Décider de débloquer 20 millions d’euros en soutien à l’armée rwandaise sans lui demander un engagement préalable et un retrait de son soutien au M23 est inacceptable », a-t-elle déclaré.

Pour elle, rien ne peut justifier cette aide du l’Union européenne en faveur de l’armée rwandaise au moment où les crises sécuritaire et humanitaire s’aggravent dans la partie Est de la République démocratique du Congo et Kigali est pointé du doigt comme « responsable de graves violations des droits humains, massacres de masse et recrutement forcé d’enfants ».

Par ailleurs, Maria Arena a appelé l’Union européenne à utiliser cette somme pour déférer devant les instances judiciaires, les véritables responsables de ces actes barbares dans l’Est de la République démocratique du Congo.

« Nous n’acceptons pas que l’UE soit indirectement responsable de l’instabilité en RDC. Les financements devraient soutenir la poursuite des responsables des violations dans le cadre de la justice nationale et internationale », a-t-elle conclu.

A titre de rappel, selon les informations recueillies de l’Union européenne, cette aide devra permettre à l’armée rwandaise d’avoir des équipements militaires collectifs et individuels, mais également devra couvrir tous les coûts liés au transport stratégique aérien, « nécessaire pour soutenir le déploiement rwandais dans la province mozambicaine de Cabo Delgado ».

Monge Junior Diama