RDC : Un casque bleu tué par les rebelles à Minembwe

WhatsApp-Image-2022-10-01-at-14.34.21

La MONUSCO se dit préoccupée par une énième attaque contre les soldats de la paix et condamne l’attaque de sa base opérationnelle à Minembwe, dans la province du Sud-Kivu, par des membres présumés du groupe armé Twirwaneho, vendredi septembre à 22h30, rapporte cette mission onusienne dans un communiqué de presse parvenu à POLITICO.CD

Au cours de cette attaque, confie la mission, un casque bleu a été tué par des hommes armés qui s’approchaient de la base après avoir contacté la MONUSCO pour une reddition.

Face à cet énième incident armé, la Mission rappelle que les activités de désarmement de combattants qu’elle mène sont mandatées par le Conseil de Sécurité des Nations Unies et conduites de manière impartiale sur une base volontaire. Elle appelle, ainsi, les autorités congolaises à établir des responsabilités dans les attaques visant ses troupes.

« Les attaques contre les casques bleus peuvent constituer un crime de guerre. La MONUSCO appelle les autorités congolaises à déployer tous les efforts possibles pour que les auteurs de cette attaque odieuse répondent de leurs actes », lit-on dans le communiqué de la mission de l’ONU.

Par ailleurs, la Mission de paix en RDC exprime ses « plus sincères condoléances » à la famille et au pays d’origine du Casque bleu décédé.

En outre, la MONUSCO rappelle qu’elle demeure engagée à soutenir le gouvernement et le peuple congolais dans leurs efforts pour instaurer la paix et la stabilité dans l’est du pays.

À Minembwe, un territoire troublé par les violences armées depuis plusieurs années, des groupes armés locaux et étrangers continuent de terroriser la population et leurs biens. Des rebelles Twiraneho, dirigé par un ancien officier déserteur des FARDC, Michel Rukundo Makanika, sèment la terreur et sont accusés de commettre des crimes graves contre l’humanité.

Serge SINDANI