PUBLICITÉ

Ituri : les autorités exigent la CODECO de libérer 3 chefs coutumiers pour « promouvoir la voie de paix »

L’administrateur militaire du territoire de Djugu Maboso Asamba Ladisi interp exige aux miliciens de CODECO/URDPC de libérer le chef de secteur de Walendu Pitsi, et de deux chefs des groupements kidnappés par ces assaillants en date du 29 Juillet 2022 afin de promouvoir la voie de paix engagée par toutes les parties pour une cohabitation pacifique de toutes les communautés en particulier et l’ensemble de son entité.

A la même date a-t-il poursuivi ces malfrats ont tendu l’embuscade à un camion de marque MAN qui évacuait neuf(9) détenus de la commune rurale de Mungwalu vers Bunia à la hauteur de la localité de Bambu qui ont été pris en otage vers une destination inconnue.

Pourtant a fait remarquer le colonel Maboso Asamba Ladisi une accalmie s’observe ces derniers temps sur l’ensemble de son entité nonobstant quelques cas isolés de provocations intercommunautaires qui se traduisent par de tueries, pillages, vols et extorsions à petite échelle.

La milice CODECO est-elle dans un processus de pacification ?

En outre le coordonnateur de la Société civile de l’Ituri (SOCIT) Dieudonné Lossa a exprimé le sentiment d’incompréhension de son organisation par rapport au revirement à 360° de la milice CODECO à travers le rapt de ces autorités coutumières.

Pour lui nul ne peut comprendre que CODECO qui est dans un processus de pacification puisse se permettre de kidnapper les chefs avant de condamner cet acte et demander ces miliciens de libérer ces chefs coutumiers. Et de conclure « Le processus de paix dans lequel ils se trouvent ne leur permette pas de s’engager dans la violence. Là c’est déjà une forme de violences! Priver les chefs de leurs mission et de leur liberté, je crois que c’est une forme de violences ».

Dominique Malala

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU