PUBLICITÉ

Évasion des prisonniers à Lisala: la crainte d’un regain des cas d’insécurité

L’événement s’est produit dans la nuit du 31 juillet au 1 août où 18 détenus de la prison centrale de Lisala se sont évadés dans la province de Mongala. Les fugitifs ont détruit un mur de la prison en mauvais état, construite depuis l’époque coloniale.

Dans un communiqué de presse publié à ce sujet, le coordonnateur de L’ONG Action des jeunes pour le bien-être social (AJBS), Roger Zumbu, dénonce la négligence des autorités ainsi que le nombre insuffisant des policiers commis à la garde de cette prison.

« Ce qu’on a constaté lors de nos enquêtes. Il y avait seulement deux policiers commis à la garde. D’habitude, c’est cinq. Parce que c’est une grande prison. Avec deux policiers de garde juste le jour de l’évasion. C’est ce qu’on a décrié auprès du commissaire provincial de la police et de l’exécutif provincial » a déploré, le président national de l’AJBS, Roger Zumbu.

Ce dernier a demandé que les fugitifs, qu’il qualifie de dangereux pour la société, soient urgemment retrouvés.

« Il y a à craindre. Parce que ce sont des gens très dangereux. Ils se sont volatilisés dans la nature. Et on a demandé au procureur de la République de lancer rapidement un avis de recherche, pour qu’on puisse appréhender ces fugitifs. La dernière évasion a eu lieu il y a de cela deux mois. Donc il y avait deux personnes. Elle a été occasionnée par un policier commis à la garde. Il était aux arrêts. Donc jusqu’à présent, il est condamné ».

Bernard MPOYI

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU