PUBLICITÉ

Incident meurtrier à Kasindi : « C’est un mépris et un acte inacceptable » ( Daniel Aselo )

Dépêchée par le chef de l’Etat dans le but d’évaluer la situation sécuritaire et de compatir avec les familles victimes des manifestations anti-MONUSCO dans le Nord-Kivu, la délégation gouvernementale a clôturé sa mission ce lundi 1er Août à Beni, une ville tourmentée par les tensions sécuritaires.

La délégation composée du Vice premier ministre, ministre de l’intérieur et sécurité, Daniel Aselo, du Ministre de l’industrie et ancien gouverneur du Nord-Kivu durant 12 ans, Julien Paluku et du ministre des Affaires Sociales, Actions Humanitaires et Solidarité Nationale, Modeste Mutinga est, après avoir échangé avec les couches sociales et la monusco à Goma, puis à Butembo, allée rencontrer les forces vives de la ville de Beni.

Sur place, la délégation a profité de l’occasion pour exprimer sa désapprobation après l’incident qui s’est produit à la frontière de Kasindi-Lubiriha située entre la RDC et le Ouganda où des militaires de la force d’intervention de la MONUSCO « de retour de vacances » ont cassé la barrière congolaise et ouvert le feu sur la population civile. Au moins 3 personnes sont mortes et des dizaines de blessés aux côtés de plusieurs dégâts matériels enregistrés.

Pour le Vice-Premier Ministre de l’intérieur et sécurité, Daniel Aselo, « il s’agit d’un mépris envers la République Démocratique du Congo et d’ un acte inacceptable », a-t-il dit, à la presse. Il a, à ce titre, indiqué que la hiérarchie de ces casques bleus a été déjà saisie par le Gouvernement congolais et devrait se réunir pour prendre des mesures nécessaires.

Après la mission d’évaluation sécuritaire et de compassion avec les familles victimes lors des manifestations anti MONUSCO, la délégation a fait rapport au gouvernement. Après avoir suivi ce rapport, le president de la République a instruit le gouvernement à réévaluer le plan de retrait de la MONUSCO.

À Beni, des nouvelles manifestations ont eu lieu, lundi, pour demander le départ de la MONUSCO. Depuis le debut des manifestations anti MONUSCO, plus de 30 civils ont été tués au Nord-Kivu, 4 casques bleus ont aussi été tués à Butembo et une centaine des blessés, à en croire les chiffres de la société civile locale.

Serge SINDANI

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU