PUBLICITÉ

Manifestations anti-MONUSCO : à Goma, Daniel Aselo appelle à la retenue

En séjour dans la ville de Goma, au Nord-Kivu, notamment pour évaluer la situation sécuritaire avec des manifestations anti-MONUSCO et témoigner la solidarité du gouvernement congolais envers les familles des victimes, la délégation gouvernementale chapeauté par le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, Daniel Aselo avec ses côtés son collègue de l’industrie, Julien Paluku, Ancien Gouverneur du Nord-Kivu et celui des Affaires Sociales, Actions Humanitaires et Solidarité Nationale, Modeste Mutinga a échangé, samedi, avec les représentants des forces vives dont les mouvements citoyens, la société civile, les Députés provinciaux , les jeunes, les femmes mais aussi les responsables de la MONUSCO.

Appelant au « calme et à la retenue », le Vice-Premier Ministre et Ministre de l’intérieur et Sécurité a, devant toutes les couches consultées, indiqué qu’il existe un plan de retrait de la MONUSCO qui doit être exécuté. Selon le président de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu, Robert Seniga, qui s’est confié à la presse au sortir de l’audience, la délégation gouvernementale les a donné des faits sur la situation qui a prévalu lors des manifestations contre la mission onusienne.

« Le ministre nous a donné les faits sur la situation qui a prévalu à Butembo, ce qu’en principe, à Butembo, il fallait vérifier effectivement quelles sont les balles qui ont tué nos compatriotes parce qu’il ya des allégations négatives pour les uns et les autres. Nous avons souhaité que nos compatriotes soit enterrés dignement. Nous avons aussi déploré la situation humanitaire que notre population est entrain de vivre notamment les déplacés à Rutshuru, et qui sont en Ouganda via Rutshuru, mais aussi ceux de Beni. Le ministre a promis de s’impliquer pour venir en aide cette population en détresse. (…) », a souligné Robert Seniga.

De leurs côtés, les forces vives qui demandent, tout de même, l’enterrement digne des victimes des manifestations anti-MONUSCO ont insisté sur l’accélération du retrait de cette mission en RDC et le renforcement du système de défense et de sécurité. Dans la foulée, l’assistance humanitaire en faveur des déplacés de Rutshuru, Beni et en Ouganda annoncée par le Gouvernement a été saluée par les représentants de ces forces vives.

« En tant que jeunes, nous avons insisté sur l’accélération du départ de la MONUSCO. Nous avons insisté également sur le fait qu’il faudrait améliorer la situation de l’armée et des forces de l’ordre pour éradiquer les groupes armés parceque nous sommes sidérés de voir que plus d’un mois Bunagana est entrain les mains du M23, le gouvernement doit accélérer le processus de paix, parceque le Congo est un et indivisible », a confié à la presse, Gratias Kibanja, représentante de la jeunesse du Nord-Kivu.

Signalons que le Ministre de l’Industrie, Julien Paluku Kahongya, Ancien Gouverneur du Nord-Kivu pendant 12 ans met en contribution son expertise dans la pacification et gestion des conflits armés au cours de ces pourparlers.

Serge SINDANI

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU