PUBLICITÉ

Journée mondiale de la traite des personnes : L’APLTP insiste sur la sensibilisation, la formation et la prise en charge holistique des victimes

L’Agence pour la Prévention et la Lutte contre la Traite des Personnes (APLTP) a commémoré, ce samedi 30 juillet à Kisangani dans la province de la Tshopo, la journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains. Cette journée a été célébrée autour du thème : «Utilisation et abus de la technologie». Ce thème met un accent particulier sur le rôle que joue l’internet dans la commission des actes de traite des personnes.

À cette occasion, la coordinatrice de l’APLTP, Me Cécile Meta a laissé entendre que depuis 2019 sa structure a placé les victimes de la traite des personnes au centre de toutes ses interventions de lutte contre cette criminalité, ainsi l’expérience des victimes sert de fil conducteur de toutes ses actions et fait des victimes les principaux aux acteurs de la lutte contre la traite des personnes car, dit-elle, les victimes orientent la stratégie de mise en place de mesures politiques efficaces pour prévenir ce crime, identifier et secourir les victimes en vue de leur réhabilitation.

« C’est ainsi que l’APLTP met un accent particulier sur la sensibilisation de toutes les couches de la population, l’information des gouvernants, la formation des acteurs de première ligne, la prise en charge holistique des victimes, les enquêtes et les poursuites des trafiquants », a fait savoir Me Cécile Meta.

Par rapport au thème mondial de cette année qui met un accent particulier sur les technologies de l’information, Me Cécile Meta a indiqué que l’APLTP envisage d’introduire dans le contenu de la formation des acteurs de première ligne, une nouvelle thématique sur la criminalité par internet et d’intensifier sa collaboration avec l’Interpol et la cellule de cybercriminalité du Parquet fédéral belge et du parquet général près la Cour de Cassation en RDC.

Selon elle, cette formation spéciale sera destinée aux enquêteurs de la police judiciaire, du parquet, des services spéciaux et des frontières afin de leur faciliter d’utiliser les nouvelles technologies dans leurs actions et enquêtes pour faire de la lumière sur le modus operandi des réseaux des trafiquants et éradiquer tant soit peu la traite des personnes en RDC.

Pour ce faire, Me Cécile Meta a demandé aux partenaires de la RDC d’apporter leur soutien technique, opérationnel et financier au travail de l’APLTP afin de sortir la RDC de la zone orange dans laquelle elle se trouve classée sur le plan mondial.

Pour sa part, le Gouverneur de la Tshopo a invité la population boyomaise à s’approprier toutes les pertinentes informations et autres recommandations issues de la présente campagne de sensibilisation et à s’impliquer dans la démarche allant dans le sens de la lutte contre ce crime à partir de leurs habitations.

« La province de la Tshopo se sent honorée d’être la première dans toute la République, à avoir été choisie pour commémorer la journée mondiale pour la dignité des victimes de la traite des personnes. Comme nous le savons tous, la traite des personnes constitue une des plus graves violations des droits de l’homme. Il s’agit d’un crime qui consiste à considérer la personne humaine comme une chose à exploiter, une marchandise à vendre», a-t-il déclaré.

Christian Okende

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU