PUBLICITÉ

RDC: la MONUSCO dénonce « vigoureusement » l’attaque de ses locaux à Goma et appelle à la retenue

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo ( Monusco ) dénonce vigoureusement l’attaque de ses locaux à Goma, dans le Nord-Kivu, perpétrée par un groupe des manifestants en marge d’une manifestation organisée à Goma, malgré l’interdiction du Maire de la ville.

D’après un communiqué de circonstance parvenu à POLITICO,CD, la Monusco se dit très préoccupée par ce « très grave » incident qui intervient au lendemain de propos « hostiles et de menaces non voilées » émis de la part d’individus et groupes à l’encontre des Nations Unies.

La mission onusienne rappelle aussi que ses locaux sont inviolables en vertu de l’Accord sur le statut des Forces entre les Nations Unies et le Gouvernement de la République Démocratique du Congo (SOFA), ainsi que la Convention sur les privilèges et immunités des Nations Unies de 1946.

Dans cette perspective, le représentant spécial adjoint en charge des opérations et chef de mission par intérim, Khassim Diagne a appelé à l’apaisement et à la retenue.

« Les incidents de Goma sont non seulement inacceptables mais totalement contreproductifs. La MONUSCO est mandatée par le Conseil de sécurité pour accompagner les autorités à protéger les civils. Elle se tient aux côtés des populations et appuie les forces de défense et de sécurité nationales dans leur lutte contre les groupes armés. La Mission appuie aussi les autorités congolaises dans leurs efforts qui visent à restaurer l’autorité de l’Etat », a déclaré M. Diagne.

« Ce n’est pas dans le chaos et la confusion ou la division que nous ferons des avancées vers la stabilisation et la paix », a-t-il ajouté .

Par ailleurs, la Monusco invite les autorités congolaises, les acteurs politiques, la société civile et toutes les forces vives de la RDC à dénoncer ces actes de pillage.

« La Mission se tient à leur disposition pour continuer de travailler ensemble à restaurer la paix et la sécurité avec les institutions nationales et provinciales », conclu ce communiqué.

En rappel, les manifestants en colère ont pris d’assaut plusieurs bases et sites de la Monusco ce lundi 25 juillet à Goma. Ils exigeaient le départ de cette mission onusienne dont ils fustigent l’incapacité à mettre fin à l’insécurité malgré ses plus 20 ans de présence sur le territoire congolais.

Des sources sur place rapportent que des manifestants, avec des calicots portant des messages hostiles à la MONUSCO, ont réussi à pénétrer dans certains des sites, comme le Régional, la RVA et l’entrepôt des HASHI, où plusieurs biens de la MONUSCO ont été pillés.

L’un des entrepôts Monusco a été attaqué par les manifestants tôt ce matin à Goma. « Ils sont entrés dans l’une de nos bases et pillés les équipements, ils sont parvenus à entrer ds quelques bureaux, nous sommes évidemment consternés et choqués par cette réaction », a dit Monusco.

Au niveau de Lava Site, par exemple, des bureaux et des véhicules ont été sérieusement caillassés et partiellement incendiés. Cependant, des unités spécialisées des casques bleus ont fait usage aux gaz lacrymogènes pour empêcher les manifestants d’y entrer.

Ces manifestations interviennent au lendemain de l’appel du maire de Goma qui interdisait toute manifestation non autorisée. Cette interdiction faisait suite aux divers messages distillés sur les réseaux sociaux, appelant à des manifestations contre la MONUSCO.

Le gouvernement promet de sanctionner les responsables

Le gouvernement congolais par le truchement de son porte-parole, Patrick Muyaya, a condamné fermement toute forme d’attaque contre le personnel et les installations des Nations-Unies.

Au cours d’un briefing en date du 23 juillet juillet dernier soit 48 heures avant les incidents, le ministre des Affaires Étrangères, Christophe Lutundula a ‪rassuré qu’en attendant l’aboutissement du processus du retrait de la MONUSCO qui a déjà été engagé, le Gouvernement respectera chacun de ses engagements contenus dans l’accord qui le lie notamment en matière de sécurité de son personnel et de ses installations.

« La RDC ne cédera pas à toute tentative et velléité de mettre en cause l’accord que nous avons signé avec les nations unies concernant la Monusco. Nous allons être sévère. Je voudrais rassurer la communauté internationale comme ministre des Affaires étrangères que nous respecterons toujours nos engagements et nous veillerons à la sécurité de la Munosco, tout ce qu’elle a comme biens, son personnel et ses unités militaires »‬, avait déclaré le chef de la Diplomatie congolaise.

Ainsi, le gouvernement a rassuré que les responsables de ces actes de pillage et de vandalisme seront poursuivis et sévèrement sanctionnés.

Comprendre la colère de la population

Tout commence par une déclaration « maladroite » du porte-parole de la mission onusienne en RDC sur la capacité de frappe de mouvement terroriste du 23 Mars-M23 qui occupe depuis un mois, l’importante cité frontalière de Bunagana.

En effet, au cours d’un point de presse bimensuel qu’il a animé le mercredi 13 juillet, le porte-parole de la Monusco, Mattias Gillman a affirmé que les terroristes du M23 disposent d’armes plus sophistiquées que ce qu’ils avaient il y a quelques mois, bien plus que ce que disposent les autres groupes armés en général, et même plus que la MONUSCO et les FARDC.

En réaction, Patrick Muyaya avait lors de la célébration du 19ème anniversaire de Top Congo FM, qualifié cette déclaration d’un aveu d’impuissance de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en RDC, présente depuis plus de 20 ans.

L’adrénaline est montée encore un peu plus après les déclarations faites par le président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo, lors de sa tournée aux Kivus. Alors qu’il déplorait la persistance de l’insécurité dans cette partie du pays, le président de la chambre Haute du Parlement a invité la mission onusienne à plier bagage à cause de son incapacité à éradiquer les forces négatives opérant dans la région.

Carmel NDEO

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU