PUBLICITÉ

Kinshasa: Didier Budimbu annonce la fermeture des stations-service non en règle à partir de cette semaine

Le ministre des Hydrocarbures, Didier Budimbu a annoncé ce samedi 23 juillet, la fermeture à partir de cette semaine, des stations-service qui ne répondent pas aux normes établies par le gouvernement. La décision est en application de l’instruction donnée par le Président de la République, Félix Tshisekedi, lors de la 62eme réunion hebdomadaire du Conseil des ministres du vendredi 15 juillet.

Outre la fermeture de ces stations-service non en règle avec la Loi, le ministre des Hydrocarbures a, après une séance de travail avec son collègue de l’Urbanisme et Habitat indiqué que tous les entrepôts clandestins construits dans des zones d’habitation seront délocalisés ou fermés.

‪« Le secteur des Hydrocarbures est régi par la Loi de 2015 et par le décret de 2016, et dans cette loi et ce décret, tout est clair. Nous voyons ce qui est entrain d’être fait, c’est vraiment une façon de détruire que ce soit la ville (Kinshasa, Ndlr) ou le pays d’une certaine façon. Nous avons discuté le ministre d’Etat de l’Urbanisme et Habitat et moi, avec nous équipes nous sommes entrain de mettre des équipes sur terrain, à partir de cette semaine les stations qui ne répondent pas aux normes seront déjà fermées en lien avec la Loi, parce que nous ne ferons rien qui soit en dehors de la Loi. Ces stations là seront fermées et à part ça, même les dépôts clandestins avec le ministre de l’Urbanisme, nous allons voir … les dépôts qui n’ont pas lieu d’être dans la ville de Kinshasa ou dans des zones habitées devront être délocalisés ou ils seront fermés. Et comme le ministre d’Etat vient de le dire, nous n’allons pas appliquer la Loi avec complaisance . Il y en aura ceux qui vont crier, mais on va s’assumer », a martelé Didier Budimbu qui souligne qu’il y’a à Kinshasa, des stations qui fonctionnent actuellement sans aucun permis alors que d’autres sont construites à côté des habitations.

« Nous ne pouvons plus supporter ou accepter ça car, demain s’il y’a mort d’hommes tout le monde va se retourner contre le gouvernement. Donc là nous allons prendre nos responsabilités et nous serons sur terrain. Le peu des stations qu’on va déjà fermer cette sermaine et les autres vont suivre. Ils seront obligés de délocaliser parce que ce sont de gens qui ont investi en terme de matériels, mais ils devront trouver des endroits ailleurs pour installer leurs stations loin des habitations. Nous sommes déterminés et nous allons nous assumer », a-t-il renchéri.

Lors de la 62eme réunion hebdomadaire du Conseil des ministres du vendredi 15 juillet, Félix Tshisekedi avait exprimé sa préoccupation face à la problématique du phénomène croissant de construction des stations-service qui s’observe dans la ville de Kinshasa et s’ étend progressivement à l’intérieur du pays.

Le Chef de l’Etat avait soutenu que l’implantation de ces stations-service se fait au mépris des risques que peuvent engendrer ces infrastructures sur l’environnement et la sécurité de la population particulièrement leur prolifération dans les quartiers populaires résidentiels.

Face à cette menace qui pèse sur la sécurité de la population et dans le souci de prévenir des situation désastreuses, Félix Tshisekedi avait chargé le ministre des Hydrocarbures et les autres membres du gouvernement concernés par cette question de présenter un dans un prochain conseil des ministres, un état de lieu ainsi que des propositions des mesures pour s’assurer que les opérateurs économiques évoluant dans ce secteur respectent les normes établies et que les données y relatives soient bien tenues. ‬

Par ailleurs, il avait enjoint le ministre des Hydrocarbures, Didier Budimbu de prendre des mesures d’application de la loi N°15/012 du 1er août 2015 portant régime général des Hydrocarbures et du décret N°16/010 du 19 avril 2016 portant règlement des Hydrocarbures. ‬

Carmel NDEO

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU