PUBLICITÉ

Ass. Nationale: Kabund considère le dossier disciplinaire à son encontre comme l’expression d’une panique et d’une peur

L’ancien premier vice-président de l’assemblée nationale, Jean-Marc Kabund a réagi à l’initiative du bureau de la Chambre Basse du Parlement qui a ouvert un dossier disciplinaire à son encontre.

Dans un communiqué officiel publié dans la soirée du jeudi 21 juillet, le bureau de l’Assemblée Nationale présidé par Christophe Mboso a désapprouvé les propos « indignes » tenus par le député JM Kabund à l’encontre de Tshisekedi qui seraient constitutifs de l’infraction d’outrage au Chef de l’Etat et qui devraient interpeller les autorités judiciaires compétentes.

Dans ce communiqué parvenu à POLITICO.CD, le Bureau estime que Kabund a violé le devoir de réserve auquel il est astreint comme ancien premier vice-président de l’Assemblée nationale doublé de la qualité de président ad intérim d’un parti politique important au sein de la majorité de parlementaire, à savoir l’UDPS au sens des articles 1 er, 4,14,16, et 19 du décret – loi n° 17/2002 du 3 octobre 2002 portant code conduite de l’agent public de l’Etat.

« Du début jusqu’à la fin de sa conférence de presse, les propos de l’Honorable Jean- Marc KABUND ont versé intentionnellement dans des contrevérités et des mensonges grossiers. D’ailleurs, nulle part, un plan de glissement de 2 ans n’a été concocté; si ce n’est que dans la fantasmagorie de l’Honorable Jean-Marc KABUND. Ce comportement irresponsable propre à un pervers narcissique porte gravement atteinte au sens élevé du mandat représentatif et à la dignité des Elus légitimes du peuple congolais », a soutenu le Bureau de la Chambre basse du Parlement avant d’initier un dossier disciplinaire contre lui.

En réaction, Kabund estime qu’il faut considérer cette démarche comme l’expression « d’une panique ou d’une peur » qui démontre que l’assemblée nationale est désacralisée et est par conséquent, devenue une véritable caisse de résonance dans laquelle on assiste à des scènes de règlement des comptes.

Par ailleurs, il s’interroge sur les dispositions qui donneraient le pouvoir au niveau de l’Assemblée d’ouvrir un dossier disciplinaire à l’endroit d’un député. « Je voudrais savoir aussi quel député aurait subi la même procédure que moi ou je suis le premier », a-t-il lancé.

Occasion faisant le larron, le président de l’Alliance pour le Changement a répliqué au SG de son ancien parti politique qui, lors d’une sortie médiatique a annoncé que l’UDPS allait réclamer son mandat.

« La constitution est claire, un député national élu sur une liste appartient à cette liste donc au parti mais dès lors que le parti l’exclue, le député garde son mandat. Un député ne peut perdre son mandat que s’il a délibérément quitté le parti qui l’avait aligné aux élections mais tout le monde sait que j’ai été exclu de l’UDPS. Je suis un élu du peuple, j’ai démissionné de ma fonction de premier vice-président de l’assemblée nationale parce que j’estimais que cette fonction je l’avais acquise au nom de l’UDPS », a dit Kabund.

Carmel NDEO

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU