PUBLICITÉ

Agression dans l’Est : Museveni suggère un cessez-le-feu dans les zones occupées par les M23

Alors qu’une accalmie relative s’observe sur la ligne des combats entre les forces armées FARDC et les terroristes du 23 Mars – M23, accusés d’être soutenus par Kigali, dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu, l’agression terroriste que subie l’Est de la RDC fait toujours couler ancres et salives dans les salons diplomatiques. Jeudi 14 juillet, le Président Ougandais Yoweri Kaguta Museveni s’est entretenu, à Kampala, avec une délégation congolaise dépêchée par son homologue Félix Tshisekedi, conduite par le ministre des ITPR, Alexis Gisaro.

Devant ses hôtes, à la recherche des solutions de paix dans l’Est, renseigne la Radio Okapi, le président Museveni a réitéré l’appel des plusieurs chefs d’États surtout membres de l’EAC qui persistent sur un cessez-le-feu imminent dans la zone des combats. Dans le même sens, Museveni souligne l’importance d’arrêter les armes où se trouvent les belligérants.

« Ma proposition est de trouver une solution de façon complète. Mettre un cessez-le-feu en place. Là où ils (terroristes du M23) sont, pas de combats. Les kényans vont venir. À ces moments-là, on va diviser les forces et on va trouver une solution dans ce problème-là », a-t-il suggéré.

À l’en croire, Yoweri Museveni a félicité son homologue congolais qui a impliqué l’Ouganda dans la résolution du conflit dans l’Est de la RDC, entre les M23 et le gouvernement congolais.

Pour lui, se référant de l’expérience de son pays, en guerre pendant environ 50 ans, toutes les guerres proviennent souvent des conflits politiques.

De son côté, Alexis Gisaro, mandaté par le président Félix Tshisekedi auprès de Museveni, a estimé que Kampala a un rôle important à jouer pour mettre fin aux hostilités dans l’Est du pays.

« Nous considérons que ce groupe du M23 a des soutiens étrangers. Notre présence se justifie par le fait que nous sommes parfaitement conscients de votre (Museveni) influence dans la sous-région et nous sommes convaincus qu’il est difficile qu’une solution soit trouvée en dehors de vous. Nous sommes là pour échanger avec vous sur les pistes de solutions à cette crise », a confié Gisaro, dans des propos relayés par la Radio onusienne.

À noter que la délégation congolaise mandatée en Ouganda était, tout de même, composée des hauts cadres de l’armée dont du Général Franck Ntumba, le Général Obed Rwuibasira et la patron de la Direction Générale des migrations, Rolland Kaswantale.

Serge SINDANI

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU