PUBLICITÉ

Phénomène de demi-terrain à Kinshasa: ACAJ recommande à Ngobila de publier de nouvelles tarifications du transport en commun

A Kinshasa, capitale de la RDC, le prix du transport en commun varie au gré des humeurs des conducteurs. En plus de la hausse arbitraire et intempestive de prix de tickets au travers des différents itinéraires de la ville, un vieux phénomène bien connu par les kinois a fait exhumation. Comprenez, le phénomène dit de « demi-terrain », lequel consiste à fractionner un trajet en plusieurs autres dans la seule motivation de taxer le double, voire le triple du prix initial d’une course.

A titre d’exemple, pour le trajet DGC-Zando, les passagers sont obligés de descendre à l’arrêt rond point/magasin à Kintambo, pour prendre un autre taxi-bus et continuer jusqu’au Centre-ville alors que les usagers du tronçon UPN-Centre-ville, doivent prendre trois taxi-bus soit de UPN à Delvaux, Delvaux à Magasin, et Magasin-Centre-ville.

Quant aux passagers de Kingasani-Centre-ville, l’enfer n’est pas plus froid que celui des usagers de l’UPN ou DGC. Ici, les arrêts demi-terrain sont notamment ; Kingasani Pascal et/ou Bitabe, Pascal et/ou Bitabe-16ème et/ou 7ème Rue Limete et puis Centre-ville.

C’est dans cette perspective que ce phénomène a fait objet d’un plaidoyer auprès du gouvernement de la ville-province de Kinshasa, Gentiny Ngobila.

Dans une correspondance adressée à l’exécutif de Kinshasa, l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ ) affirme avoir enregistré plusieurs doléances des kinoises et kinois au sujet de fixation arbitraire des prix de transport de taxis et taxis-bus ainsi que de l’ampleur qu’a pris le phénomène demi-terrain.

L’ACAJ rapporte que les chauffeurs ne respectent pas les prix fixés par les autorités compétentes. A titre d’exemple, pour les taxi-bus, sur le trajet:

  • DGC-Zando, au lieu de 650 FC fixé par l’Arrêté, ils font payer entre 1000 et 1500 FC;
  • UPN-Centre-ville, au lieu de 1000 FC, ils font payer entre 1500 et 2000 Fc;
  • Kingasani-Centre-ville, au lieu de 700 FC, ils font payer entre 1000 et 1500 FC;
  • Victoire-UPN, au lieu de 1000 FC, ils font payer entre 1500 et 2000 FC…

« Il s’y ajoute le phénomène demi-terrain, qui se pratique le matin entre 6h30 et 9heures, et l’après-midi de 16 heures jusque tard la nuit », indique l’ACAJ de maître Georges Kapiamba.

Pour pallier à ces deux phénomènes, l’ACAJ recommande au gouverneur de Kinshasa :

  • De publier de nouvelles tarifications qui tiennent compte de l’augmentation des prix du carburant à la pompe et enjoindre tous les chauffeurs de taxi, taxi bus et bus de les afficher sur les pare-brise de leurs véhicules;
  • De faire arrêter le phénomène dit demi-terrain;
  • De faire intensifier le contrôle par des agents de l’Hôtel de ville et policiers d’une bonne moralité.

Par ailleurs, cette structure a invité Gentiny Ngobila à mettre en place, par voie d’arrêté, un Comité de monitoring comprenant notamment des représentants de la Société Civile.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU