PUBLICITÉ

Exploitation forestière: Tshisekedi insiste sur l’amélioration de la traçabilité du bois et la garantie des intérêts des populations

Le Président de la République, Félix Tshisekedi souhaite que les communautés et les entrepreneurs locaux profitent des activités forestières de la République Démocratique du Congo. Le chef de l’Etat a exprimé ce vœu au cours de la soixante et unième réunion du Conseil des ministres qu’il a présidée, le vendredi 08 juillet courant.

Dans sa communication, Félix Tshisekedi a fait observer qu’une situation inquiétante où des mesures conservatoires ont été prises, perturbant les activités de certaines communautés et entrepreneurs dont l’impact se fait ressentir de manière négative. Il a souligné que l’exploitation artisanale du bois étant règlementée par la loi, il a été rappelé l’obligation d’assurer plutôt des mesures d’encadrement idoines, en lieu et place d’une totale privation de source de revenus aux citoyens.

Félix Tshisekedi a, ainsi insisté sur la nécessité d’accélérer l’amélioration de la traçabilité du bois ainsi que la mise en place des partenariats pour assurer une transformation locale totale de bois, au profit de populations.

Pour garantir les intérêts des populations vivant des activités forestières, le Programme National Stratégique de Développement (PNSD) a prévu l’établissement d’espaces de forêts sécurisées des communautés locales, qui sont d’ailleurs encadrés par le Code forestier. Le gouvernement estime que ce secteur est l’un des moteurs de l’économie rurale et une source non-négligeable de revenus de plusieurs millions de congolais.

De ce fait et eu égard aux dispositions du Décret n° 14/018 du 02 août 2014 fixant les modalités d’attribution des concessions forestières aux communautés locales, spécifiquement en ses articles 3,4,5,15 et 18, les autorités provinciales des zones concernées ont été invitées à s’acquitter diligemment de leurs obligations légales en la matière. Ces mesures permettront de prévenir les abus et fraudes liés à l’exploitation artisanale, assurer à aux populations la pleine jouissance des ressources naturelles et favoriser une gestion durable de forêts.

Pour toutes ces raisons, le Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo, a été chargé de s’assurer de la bonne exécution des prérogatives dévolues aux gouverneurs des provinces en matière de gestion forestière, et ce, en harmonie avec la Vice-premier ministre, ministre de l’Environnement et Développement Durable, Ève Bazaiba.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU