PUBLICITÉ

Crise postélectorale à la Tshopo : Félix Tshisekedi sollicité pour investir Madeleine Nikomba

La crise postélectorale n’a cessé de s’amplifier dans la province de la Tshopo, au Nord-est de la République Démocratique du Congo, peu après la tenue imminente, en début mai 2022, des élections des nouveaux gouverneurs et leurs vices dans certaines provinces à problème. Depuis lors, Tshopo s’enlise dans un désordre tragique de vendetta politique à retours.

Face à cette situation qualifiée de chaotique, les jeunes de la Province de la Tshopo qui se disent « conscients » de leur responsabilité devant la nation et réunis autour des valeurs démocratiques et humaines qu’incarne le président Tshisekedi, lui ont adressé un mémorandum, ce mardi 05 juillet 2022, dont une copie a été transmise à POLITICO.CD

D’après ces jeunes, le processus électoral déclenché pour la mise en place de nouveaux Exécutifs dans les 14 Provinces, s’est soldé à la Tshopo, par l’élection définitive de Nikomba Sabangu Madeleine et Lendongolia Lebabonga Paulin, en qualité de Gouverneure et Vice-gouverneur de Province. Cette élection, affirment-ils, a été « chaleureusement accueillie par l’ensemble de la population Tshopolaise qui, à travers une liesse populaire, a exprimé son adhésion à ce ticket et exprimé sa gratitude à Félix Tshisekedi ».

« Cependant, nous constatons avec amertume que depuis l’Arrêt définitif du Conseil d’Etat, certains filles et fils de cette Province, motivés par la xénophobie et l’esprit antipatriotique, s’évertuent à instrumentaliser un groupe minoritaire de la jeunesse et à mener des actions tendant d’une part à entamer l’indépendance du pouvoir judiciaire, l’un de piliers de l’Etat de droit et, d’autre part, usant de leur positionnement à la Commission Électorale Nationale Indépendante, tenter délibérément de désorienter cette institution d’appui à la démocratie et de l’inciter à la rébellion, à la Constitution et aux lois de la République en vue de faire persister une transition qui ne dit pas son nom », dénoncent-ils.

Ces derniers regrettent que la même situation soit caractérisée par, selon eux, le coulage des recettes publiques, les détournements, l’abandon des travaux de construction et de réhabilitation des infrastructures, l’absence de toute initiative de développement, la multiplicité des discours séparatistes et de haine ainsi que la quasi-inexistence du contrôle de l’Exécutif Provincial.

Pour eux, cet état des choses « prémédité, voulu et entretenu », ne poursuit qu’un seul objectif, celui de « saper les actions de Félix Tshisekedi et son image pour empêcher sa réélection à la tête du pays ».

Dans cette perspective, ces jeunes sollicitent l’implication de Félix Tshisekedi en signant l’ordonnance de l’investiture de Madeleine Nikomba. « Nous sollicitons humblement à votre Auguste Autorité, l’investiture de Madeleine Nikomba Sabangu Madeleine, un choix du peuple, actrice de développement, dame au cœur compatissant et à la carrière politique immaculée, personnage incontestable pour allier vos actions et les aspirations du souverain primaire en qualité de Gouverneure de Province de la Tshopo pour son décollage effectif et la population tshopolaise vous sera à jamais reconnaissante », se sont-ils adressés à Félix Tshisekedi.

Il sied de noter que l’arrêt rendu dernièrement par le conseil d’État traîne à être mise en application. Celui-ci a accordé une victoire imminente de la sénatrice Madeleine Nikomba face à Tony Kapalata après un long feuilleton judiciaire entre les deux. Issue du démembrement de la grande Orientale, la province de la Tshopo attend toujours le décollage de son développement, près de 6 ans après.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU