PUBLICITÉ

Coopération: « La RDC peut compter sur la Russie pour s’approvisionner à tous les matériels nécessaires pour l’armée » (Victor Tokmakov)

Le Haut représentant du Chef de l’Etat et Coordonnateur du Mécanisme national de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba (MNS), Claude Ibalanky et le Chargé d’Affaires de l’ambassade de la Fédération de Russie en RDC, Victor Tokmakov ont échangé sur la situation sécuritaire à l’Est de la RDC, les changements dans la politique extérieure de la Russie par rapport au continent africain et par rapport à la RDC en particulier ainsi qui sur les perspectives de la coopération entre les deux pays au niveau du Conseil de sécurité, régional, bilatéral et les possibilités de faire avancer cette coopération dans l’intérêt des peuples Congolais et Russes.

A l’issue de cette audience, la Fédération de Russie, par l’entremise de son chargé d’affaires de son ambassade, a rassuré de la disponibilité de son pays à collaborer avec la RDC en ce qui concerne la possibilité de s’approvisionner aux matériels nécessaires pour l’armée et les services de défense.

« Les Congolais peuvent toujours compter sur la Russie en ce qui concerne la possibilité pour la RDC de s’approvisionner à tous les matériels nécessaires pour l’armée, la police nationale et toutes les autres structures en matière de sécurité », a indiqué Victor Tokmakov, chargé d’affaires de l’ambassade de la Fédération de Russie.

Aussi, le chargé d’affaires de l’ambassade de la Russie en RDC est convaincu que la discussion avec le Haut représentant du Chef de l’Etat lancera des bases pour des contacts ultérieurs entre les deux institutions pour l’amélioration de la compréhension entre la RDC et la Russie, y compris devant les instances internationales.

Une résolution décrétant l’embargo sur les armes en RDC avait été adoptée en 2000. En 2008, le Conseil de sécurité avait décidé d’appliquer cet embargo exclusivement aux groupes armés, tandis que les fournisseurs du gouvernement étaient soumis à un régime de notification au Comité de surveillance de l’ONU.

Une nouvelle résolution adoptée jeudi dernier a prolongé pour un an ce régime, en ramenant l’obligation de notification à seulement 5 types d’armes, notamment les mortiers, lance-grenades, systèmes portables de défense antiaérienne (MANPADS), systèmes de missiles guidés antichars.

Le député provincial Mike Mukebayi a soutenu qu’en adoptant cette résolution, les Nations unies alertent les autorités congolaises sur l’urgence d’améliorer le système national de contrôle de la circulation des armes dans le pays.

L’adaptation de cette résolution intervient en dépit de la demande du représentant de la RDC formulée lors de la séance que le Conseil de sécurité a consacrée mercredi 29 juin, de retirer totalement ce dispositif de notification préalable, disposition « vieille de plus de 14 ans » qu’il jugeait « complètement obsolète ».  

La Russie est l’un des pays membres du conseil de sécurité qui se sont opposé à cette résolution estimant que celle-ci freine la capacité de la RDC à contrer de manière rapide et efficace les activités des groupes armés lourdement équipés à l’instar des terroristes du M23 qui, selon la Mission onusienne en RDC (Monusco), se comportent comme une armée conventionnelle.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU