PUBLICITÉ

Kisangani : Les épouses des FARDC demandent à Tshisekedi de faire confiance à leurs maris pour « stopper l’aventure du M23 »

Les épouses des militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et de la Police nationale congolaise (PNC), ont organisé, samedi, à Kisangani, une marche de soutien à leurs maris engagés au front contre les agresseurs du pays notamment les terroristes du M23 soutenus par leurs alliés, dont le Rwanda.

Banderoles en mains, scandant des chansons de paix, ces femmes réunies au sein de l’Association des épouses des policiers de la Tshopo (AEPC) et des épouses, enfants et orphelins militaires de la garnison de Kisangani (AEVEM), ont chuté au gouvernorat de province où elles ont déposé leur mémorandum, rapporte l’ACP.

De prime abord, les manifestantes ont condamné la guerre qui sévit dans l’Est de la RDC. Selon elles, cette agression a causé d’énormes conséquences notamment les femmes ont perdu leur dignité des « mamans donatrices » de vie, par le viol et la décapitation pour des intérêts égoïstes.

Ainsi, « nous demandons au chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi, de faire confiance en notre armée, nos maris, nos Papas. Notre paix dépend de la détermination de nos vaillants soldats en général et en particulier, des éléments de la police », ont-elles affirmé dans leur mémorandum.

« nous voulons la paix », ont, ensuite, lancé les épouses des militaires et des policiers, ainsi que leurs enfants et les orphelins.

Dans la foulée de l’événement, l’AEPC et l’AEVEM ont félicité le Président de la République et commandant suprême de l’armée, pour les efforts consentis dans la recherche de la paix à l’Est du pays avant de lui promettre leur soutien indéfectible.

À son tour, le directeur de cabinet adjoint du gouverneur en charge des questions juridiques, Béatrice Mango Anganya, a, au nom du gouverneur de province ad intérim en mission officielle à l’intérieur de la province, encouragé et loué l’initiative de ces femmes.

Elle leur a promis de transmettre à qui de droit, leur souci.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU