PUBLICITÉ

RDC: Félix Tshisekedi invite les congolais à considérer l’intégrité territoriale de la RDC comme une question vitale

Dans son traditionnel discours à la Nation à l’occasion de la commémoration de l’accession de la RDC à la souveraineté nationale et internationale, le président de la République, Félix Tshisekedi est largement revenu sur la situation sécuritaire dégradante dans l’Est du pays. En moment particulier, la situation sécuritaire est marquée par une énième agression Rwandaise sous couvert du mouvement terroriste du M23 et ce, en violation des accords et traités internationaux.

En sa qualité de garant l’unité et de la cohésion nationales, Félix Tshisekedi a réitéré son serment constitutionnel de maintenir l’indépendance et l’intégrité territoriale et de sauvegarder l’unité nationale avant de rassurer qu’il ne ménagera aucun effort pour que la paix et la sécurité soient rétablies, et que les agresseurs soient repoussés hors du territoire congolais.

Dans cette perspective, Félix Tshisekedi a appelé tous les citoyens congolais à considérer l’intégrité territoriale de la RDC comme une question vitale pour laquelle ni transaction ni compromission ne sera admise.

« C’est ici le lieu de rappeler que notre option pour la paix et notre sens de relations de bon voisinage ne constituent pas une faiblesse. Les Congolais, peuple épris de paix et de justice, n’accepteront aucunement d’être agressés constamment », a argué le président congolais.

Plus de 10 millions déjà enregistrés

Dans son discours, le Chef de l’Etat a fustigé l’appuie des puissances extérieures aux forces d’agression de la RDC à la base de près de 10 millions de morts et plusieurs millions de déplacés.

« La paix et la sécurité nationale demeurent pour nous la priorité absolue. La RDC, notre pays, a déjà payé un lourd tribut avec près de 10 millions de morts ainsi que plusieurs millions d’autres personnes déplacées à la suite des atrocités commises par les forces d’agression, les forces négatives et les autres groupes terroristes étrangers, appuyés par des puissances extérieures », a-t-il déclaré.

Ainsi, dit-il, pour mettre fin à cette situation, il a résolu d’orienter ses efforts vers le double front diplomatique et militaire.

Sur le volet diplomatique, Félix Tshisekedi note que grâce aux actions spécifiquement entreprises tant au niveau l’ONU qu’à celui des organisations régionales, la RDC a pu obtenir « un soutien diplomatique » qui selon lui, s’est traduit notamment par la dénonciation et la condamnation des auteurs de l’agression dont le pays est victime.

A titre illustratif, Tshisekedi a exhibé le processus de paix de Nairobi qui rappelle t’il, a conduit aux consultations « constructives » avec les groupes armés locaux. Il martèle que ce processus est « le fruit d’une réflexion mûrie lors des Conclaves des Chefs d’État de la Communauté d’Afrique de l’Est à laquelle la RDC a adhéré récemment ».

« Ces consultations explique-t-il, s’inscrivent dans le cadre du volet politique de la mise en œuvre du Communiqué du deuxième Conclave des Chefs d’Etat en vertu du Traité d’établissement de la Communauté d’Afrique de l’Est », a-t-il précisé.

Déploiement d’une force régionale sans le Rwanda

Pour imposer la paix, Félix Tshisekedi a promis d’user de toutes les voies de droit pour que les congolais vivent définitivement dans la paix et la quiétude sur leur territoire.

Dans cette optique, Félix Tshisekedi a placé le déploiement d’une force régionale au Nord-Kivu, Sud-Kivu, Ituri en appui aux forces de défense et de sécurité, composée des troupes des pays, membres de la Communauté, afin de contribuer à l’éradication définitive des violences et de l’insécurité.

Par ailleurs, Tshisekedi dit avoir exigé et obtenu que le Rwanda n’y participe pas, en raison de son engagement aux côtés du groupe terroriste M23.

Aucun cahier de charges portant sur l’intégration automatique dans les forces de sécurité ou sur les demandes d’amnistie pour des crimes imprescriptibles, ne sera accepté

Dans son speech, Félix Tshisekedi a une nouvelle fois lancé l’appel aux groupes armés nationaux de s’engager dans le processus de Nairobi et d’adhérer ainsi au Programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement communautaire et Stabilisation ( P-DDRCS ) mis en place pour répondre aux attentes des milliers de combattants des groupes armés congolais ayant déposé les armes.

« À ce sujet, j’en appelle à tous les autres groupes armés nationaux de s’engager sans retenue dans le processus de Nairobi et d’adhérer ainsi au P-DDRCS. Le gouvernement congolais, particulièrement au sujet de l’Accord-Cadre d’Addis Abeba, au regard de différentes évaluations faites lors des réunions de Haut niveau, a démontré sa volonté légendaire à travailler pour la paix et la sécurité collective dans la région en respectant ses engagements, ce qui n’est pas le cas pour d’autres », a dit Félix Tshisekedi.

Toutefois, Félix Tshisekedi signe et persiste qu’aucun « cahier de charges portant sur l’intégration automatique dans les forces de sécurité ou sur les demandes d’amnistie pour des crimes imprescriptibles, ne sera accepté ».

Halte à la xénophobie et aux discours de haine

Dans ce contexte tendu, le président de République a exhorté les congolais à plus de vigilance et à respecter l’ordre établi afin d’éviter de tomber dans le piège de la xénophobie et du discours de haine.

« Notre diversité socioculturelle, qui est une richesse inégalable, est un atout majeur pour notre développement et notre cohésion. Cette diversité fait la République Démocratique du Congo et lui rend sa grandeur », a-t-il tambouriné.

Le 24 juin dernier, Félix Tshisekedi a rappelé avec insistance l’obligation de ne pas sombrer à la tentation de l’ennemi en évitant tout discours, tout acte, ou toute attitude qui friserait la haine, la discrimination, la stigmatisation et la xénophobie et qui serviraient à l’ennemi qui a toujours joué à la victimisation pour en faire un fonds de commerce rentable auprès des instances décisionnelles internationales.

Félix Tshisekedi a soutenu que le peuple congolais doit continuer à prouver à la face du monde qu’il demeure un peuple pluriel, accueillant, pacifique et hospitalier, car la RDC est et restera une nation.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU