PUBLICITÉ

Independance day : Le mouvement ECCHA apporte sa « profonde motivation de triomphe » aux FARDC et réitère le vœu de paix et du développement intégral de la RDC

Pendant que le vœu des lendemains radieux obnubile ma vision, le sentiment qui m’anime en ce jour solennel de la commémoration du 62ème anniversaire de l’accession de notre cher et beau pays, la République Démocratique du Congo à l’indépendance est celui que ni mon cœur encore moins ma raison n’arrivent guère à traduire en des mots sensés. Ceci, parce que notre pays commémore son accession à l’indépendance, visiblement en pleine agression du Rwanda à travers les terroristes du M23, sous l’œil complice de la communauté internationale et de nos prétendus partenaires privilégiés.

Comme quoi la vie ne nous coûte rien, que doit être le sens de la vie, si on doit mourir ou si des millions des compatriotes doivent continuer à perdre leurs âmes sous le carnage des guerres ou encore, si le soleil se lève chaque jour en même temps que la misère ; ces personnes siégeant dans l’au-delà par des tragiques décès pour qui nos cœurs et nos prières vont vers leurs familles et le Congo, pour que vivent leurs souvenirs, et également l’écho des cris de nos compatriotes déplacés vivant dans l’extrême misère, cet échos qui vibrent dans nos oreilles au travers ce jour de l’indépendance réclamant justice et réparation.

Alors que depuis l’accession de la RDC à l’indépendance en 1960, le pays a vécu des ères des prédations politico-économiques, des guerres et massacres, des grabuges ethniques et génocides, la mise en veilleuse des actions de développement, l’aggravation aiguë du marasme économique, le pillage caractériel, la calamité sociale et politique conditionnant le pays au sous-développement.
A cela s’ajoute actuellement, des gouvernants, des acteurs politiques et de la société civile et aussi, des mouvements citoyens (censés garantir les droits de l’homme pour les uns et renforcer la responsabilité de l’État pour les autres) ancrés dans la mentalité négative et rétrograde ainsi que dans l’immoralité sans précèdent clouant péniblement le pays déjà condamner à l’appauvrissement par l’impérialisme et les prédateurs nationaux.

Certes, il s’observe à ce jour, quelques avancées, notamment du point de vue institutionnelle, la volonté manifeste dument exprimée par le Chef de l’Etat perceptible dans l’impulsion de certaines actions publiques, la décrispation politique, l’humanisation des services des renseignements, l’élargissement de l’espace politique, la réhabilitation des infrastructures, les prouesses de l’IGF, les records incommensurables des régies financières, les efforts significatifs de l’amélioration des conditions de travail et tant d’autres.

Mais cependant, la transcendance d’un système de gabegie et crime financier se fait montre par la séquestration sans scrupule du train de vie de la nation avec des détournements répétitifs des deniers publics, la mauvaise gouvernance et la justice véreuse (sacrifiant l’état de droit), au détriment du peuple meurtrie dans la calamité alimentaire, économique, sociale et sécuritaire en résignant la sensibilité de la jeunesse à la superstition fantasque.
En raison de la situation critique que vit le pays, j’apporte ma profonde motivation de triomphe aux FARDC et réitère le vœu de paix tant du développement intégral et durable.

Cependant, j’exhorte les acteurs politiques de tout bord « gouvernants ou non », de la « société civile » et des « mouvements citoyens » ancrés jusqu’à ce jour dans la médiocrité au changement de narratif mental, à la nouvelle mentalité positive propice à des conduites, habitudes, attitudes et pensées vertueuses relevant de la citoyenneté démocratique, de la morale, de l’éthique, des idéaux garantissant l’avènement d’un Congo radieux et prospère qui traduit l’idéal d’une société organisée et fondée sur des vertus et des valeurs, qui renvoient à un système de la gouvernance légale qui régule le fonctionnement de la société par l’observation des lois en vue de favoriser le développement et l’épanouissement des citoyens et des communautés.

En outre, j’exhorte tous les compatriotes à renforcer le sentiment d’appartenance qui est le fait pour un citoyen de se considérer et de se sentir comme faisant partie intégrante de la nation et par conséquent, de prendre conscience de notre véritable pouvoir et de nos responsabilités dans notre Etat démocratique, et de les exercer de manière effective, dans la non-violence et le respect de la dignité due à tout être humain.

Par ailleurs, je nous convie à veiller à ce que, en tout temps et à tous les niveaux de l’Etat, les pouvoirs publics et leurs représentants accomplissent leurs devoirs vis-à-vis de la Nation, avec responsabilité, compétence, transparence et loyauté, en rendant compte de leurs actions, lesquelles sont censées favoriser la réalisation des politiques publiques qui répondent aux besoins réels tels qu’exprimés par la majorité du peuple.

A bien des points de vue, nous exigeons l’efficacité et l’efficience dans la gouvernance électorale gage de l’organisation effective des élections libres et transparentes à tous les niveaux dans le délai requis ; le renforcement dynamique de la lutte contre la corruption et l’impunité ; le respect et la mise en œuvre des droits de l’homme, particulièrement les droits économiques, sociaux et culturels autant de sécurité, de développement et la paix.
Bonne fête et méditation de paix et développement !
Vive la RDC !
Vive les 62 ans de l’indépendance !

Nera Kanyinda

Coordonnateur

- Publicité -

EN CONTINU