PUBLICITÉ

Agression dans l’Est : « Le Rwanda cherche à occuper notre terre, riche en or, coltan et cobalt » (Félix Tshisekedi)

En marge de l’ouverture de la réunion des Chefs de gouvernement du Commonwealth qui se tiendra du 20 au 26 juin à Kigali au Rwanda, le président de la République, Félix Tshisekedi a interpellé le premier ministre britannique Boris Johnson et le participants au sujet des violences qui sévissent l’Est de la RDC, particulièrement dans le Rutshuru et Nyiragongo.

Dans sa lettre, le Chef de l’Etat congolais ne tergiverse pas sur la mainmise du Rwanda dans la persistance de l’insécurité dans la partie Est de la RDC. Il signe et persiste, le Rwanda de Paul Kagame joue sa carte dans la détérioration de cette contrée pour occuper cette partie enfin d’y exploiter l’or, coltan et cobalt.

« Des terroristes du M23 soutenus par le Rwanda ont occupé et pillé la ville de Bunagana dans le territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu, tuant de jeunes enfants et forçant des centaines de personnes à fuir dans la terreur. La situation sécuritaire dans l’Est du pays continue de se détériorer, et fondamentalement parce que le Rwanda cherche à occuper notre terre, riche en or, coltan et cobalt, pour leur propre exploitation et profit. C’est une guerre économique pour la bataille des ressources, menée par les gangs terroristes du Rwanda. a déclaré le président Félix Tshisekedi

En perspective, Félix Tshisekedi a appelé tous les dirigeants internationaux à soutenir la RDC et à faire pression sur le dirigeant rwandais Paul Kagame pour qu’il mette fin à toutes les violences envers la RDC et a rappelé leurs troupes militaires qui ont envahi le territoire oriental du Congo et causé des morts, des réfugiés et des crimes de guerre contre femmes en particulier.

« Nous avons le droit d’exiger que nos voisins respectent notre territoire. Le peuple de la RDC veut la paix, cherche la sécurité dans sa patrie. Les civils de l’est du Congo sont des innocents sous l’attaque brutale de notre voisin », a-t-il renchéri

Félix Tshisekedi a demandé à la même occasion aux partenaires internationaux, en Afrique, aux États-Unis et en particulier le Royaume-Uni pour condamner cette invasion et faire pression sur le Rwanda afin qu’il retire ses troupes (environ 500 militaires du RDF) sur le territoire congolais.

La cité frontalière de Bunagana, qui relie le district ougandais de Kisoro, dans le sud-ouest du pays, à Rushuru en RDC, dans la province du Nord-Kivu est sous occupation des terroristes du Mouvement du 23 Mars appuyés par les militaires de l’armée Rwandaise depuis l’avant-midi du lundi 13 Juin 2022.

Selon les forces armées de la République Démocratique du Congo, le Rwanda a déployé sur le territoire congolais environ 500 militaires des Forces Spéciales, tous habillés d’une nouvelle tenue de couleur vert-noir et coiffés des casques de sa Force Spéciale.

Dans son communiqué du lundi 13 juin, l’armée congolaise a accusé les Forces de défense du Rwanda de violer l’intangibilité des frontières congolaises et l’intégrité de son territoire en occupant la cité frontalière de Bunagana. 

« Après avoir constaté d’énormes revers subis par leurs protégés sur le terrain, les Forces de Défense du RWANDA ont, cette fois et à découvert, décidé de violer l’intangibilité de notre frontière et l’intégrité de notre territoire en occupant la cité frontalière de Bunagana ce lundi 13 juin 2022 aux environs de 07 heures du matin », peut-on lire dans ce communiqué des FARDC.

En outre, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo qui ont dénoncé que cet acte constitue une invasion de la RDC, ont promis de tirer toutes les conséquences qui s’imposent et défendront l’intégrité du territoire national.

Carmel NDEO

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU