PUBLICITÉ

RDC : Tenue à Kinshasa d’un atelier sur l’appel à manifestation d’intérêt pour le deuxième partenariat avec la CAFI

Dans le cadre de leur nouveau partenariat 2021-2031, le Gouvernement de la République démocratique du Congo et l’Initiative pour la Forêt de l’Afrique Centrale (CAFI) ont lancé le 30 mai dernier un appel à manifestations d’intérêt auprès des organismes de mise en œuvre compétents pour développer un portefeuille de programmes visant à réduire la perte du couvert forestier et à promouvoir le développement durable en RDC. À Kinshasa, au cours d’un atelier d’informations, ce cadre programmatique du 2e partenariat entre la RDC et la CAFI ont été présentés aux parties prenantes et aux potentiels soumissionnaires locaux et internationaux.

Au nom du ministère des finances de la RDC, Mme Ginette Mutota a reconnu que le premier partenariat entre la CAFI et Kinshasa n’avait pas fait objet d’une appropriation nationale. Le deuxième partenariat, rassure-t-elle, est une nouvelle opportunité pour les agences d’exécution locales (ONG qui œuvrent dans le secteur de l’environnement au niveau national) d’être soumissionnaires.

« L’une des leçons tirées du 1er partenariat c’était qu’il n’y avait pas suffisamment d’appropriation nationale, pas suffisamment de redevabilité des agences d’exécution envers le gouvernement, envers CAFI mais aussi envers les populations bénéficiaires… CAFI est un programme vertical mais la question de l’environnement fait partie des enjeux de développement local du pays et donc il faudrait vraiment que toutes les entités au niveau des provinces et des villages soient impliqués », a confié à la presse Mme Ginette Mutota.

Pour Joseph Malassi – conseiller en charge du changement climatique à la vice-primature de l’environnement et de développement durable – « cette séance d’aujourd’hui était une occasion de pouvoir parler aux soumissionnaires locaux, qu’ils puissent se mettre au travail, bien lire l’appel tel qu’il a été libellé et postuler ».

Pour le compte du FONAREDD, organisateur de l’activité, avec ce deuxième partenariat, l’idée est de « réduire les coûts de transaction ce qui fait qu’on souhaite que même les ONG nationales viennent en consortium ». Victor Kabengele, coordonnateur adjoint du FONAREDD, soutient que plus que les « soumissionnaires sont nombreux, plus les coûts de transaction sont réduits et on a plus de chance de présenter un projet beaucoup plus consistant et avoir plus de chances de passer… Les perspectives c’est que nous avons un cadre programmatique de longue durée. Le second partenariat porte sur 10 ans par rapport au premier qui avait une durée de 5 ans. Et bien-sûr, les 10 ans sont répartis en deux temps : les 5 premières années qui ont une enveloppe de 500 millions USD et plus alors le deuxième qui va aller de 2027 à 2031 ».

Le 2 novembre 2021, le Gouvernement de la RDC et CAFI, représentés respectivement par Félix Tshisekedi, Président de la RDC et Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni, ont renouvelé leur partenariat en endossant une seconde Lettre d’intention pour la période 2021-2031. Dans cet accord, les parties s’engagent à l’atteinte de nombreux objectifs et la mise en œuvre d’une série de mesures, et une allocation de 500 Millions de dollars en provenance du Fonds Fiduciaires CAFI sur la période 2021-2026 selon une approche basée sur les résultats.

Stéphie MUKINZI M

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU