PUBLICITÉ

Mai-Ndombe : Avec l’OIM, l’APLTP ouvre la 12è session de formation sur la traite des personnes

L’Agence pour la Prévention et la Lutte contre la Traite des Personnes (APLTP) vient d’ouvrir, ce lundi 14 juin, dans la province du Maï Ndombe, sa 12ème session de formation des acteurs de première ligne, sur la traite des personnes. C’est en collaboration avec l’OIM que cette session va se tenir du 14 au 17 juin 2022.

Formateur au sein de l’APLTP et cette session, Me Roger Kidima a confié à la presse, à la fin de ce premier jour, l’approche de l’Agence.

« Ce fléau qui gangrène la communauté internationale est très préoccupante voilà pourquoi depuis l’année passée l’agence s’emploie à former les acteurs de la première ligne pour que ceux-ci puissent avoir des connaissances adéquates afin de pouvoir intervenir sur terrain utilement pour matraquer les différents réseaux des trafiquants et aussi présenter les victimes pour que celles-ci puissent être prises en charge de manière holistique par l’agence », a fait savoir Me Roger Kidima.

En outre, Me Kidima a expliqué que la relocalisation de cette 12è session prévue au Maï-Ndombe pour la ville de Bandundu a pour cause quelques raisons logistiques. Néanmoins, rassure-t-il, tous les participants de ladite formation sont bel et bien de la ville de Maï-Ndombe.

« Maï-Ndombe avec sa forêt et sa vocation agricole, il arrive (d’observer) l’exploitation dans les travaux forcés dans les champs et nous savons justement qu’il existe aussi dans cette partie au-delà de la mendicité forcée des jeunes enfants, le mariage forcé », relève-t-il.

D’où, pour lui, cette formation existe afin que le magistrat puisse dire le droit utilement et que le ministre public dans ses enquêtes puisse le faire en connaissance de cause.

Selon les documents de travail consultés par POLITICO.CD, l’objectif principal prononcé de l’APLTP, à travers ladite session est de renforcer les capacités des acteurs intervenant dans la protection ainsi que la chaîne pénale en vue de lutter contre la traite des personnes en RDC par la formation.

Parmi les objectifs secondaires, l’APLTP indique :

  • Former les représentants des institutions membres de la commission technique restreinte de l’APLTP sur les notions de base de la traite des personnes ;
  • Instruire les acteurs de première ligne sur les différentes formes de la traite ainsi que les indicateurs permettant de les identifier ;
  • Sensibiliser les cadres de différentes institutions congolaises sur leurs responsabilités en termes de prévention de la traite, de la protection des victimes et de la poursuite des trafiquants ;
  • Faire connaître les mécanismes de référencement des victimes de la traite des personnes aux acteurs de première ligne.

Cette 12ème session de formation va se dispenser, apprend-t-on, en 7 modules suivant d’une approche thématique qui se résume de la manière ci-après :

  1. Les généralités sur la traite des personnes.
  2. Le cadre normatif et institutionnel
  3. Les techniques d’investigations et de collecte des données
  4. L’assistance et protection des victimes et témoins
  5. Les mécanismes de référencement des victimes de la traite des personnes en RDC.
  6. L’impact de la communication sur le comportement de la population
  7. Le leadership en vue d’une meilleure coordination des acteurs impliqués dans la lutte contre la traite des personnes.

Hervé Pedro

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU