PUBLICITÉ

Chérubin Okende à Victorine Lwese : « Goma ne peut nullement être considéré comme un hub pour Fly RwandAir »

La sénatrice Victorine Lwese avait adressé une question orale avec débat au Ministre des Transports, Voies de Communication et Désenclavement, Chérubin Okende au sujet de l’accord signé entre la RDC et le Rwanda sur l’espace aérien congolais en général, la ville de Goma en particulier à travers la compagnie aérienne RwandAir. Selon l’esprit de cette initiative parlementaire, la sénatrice souhaitait obtenir auprès du Ministre des explications claires.

À travers son initiative parlementaire, la sénatrice a rappelé au Ministre que la ville de Goma fait la fierté de l’initiative privée des congolais car, dit-elle, elle est la preuve que les congolais déterminés peuvent produire des merveilles. C’est aussi, selon elle, un symbole de la souveraineté et du savoir-faire des congolais.

En somme toute, Victorine Lwese a indiqué que l’accord signé avec la République du Rwanda fait de la ville de Goma le principal Hub de RwandAir « ce qui n’a pas pu faire fléchir la population de ce coin ».

« Je ne peux pas me permettre de critiquer un accord dont je ne connais pas la teneur, car dans le fonctionnement actuel des institutions, vous avez estimé que le Parlement n’a pas droit à une simple information relative à cet accord. C’est pourquoi, comme des mendiants, nous quémandons une information, qui devrait nous être transmise », a-t-elle déclaré.

D’après elle, le Sénat ne pouvait même pas se plaindre, puisque son initiative est conforme à l’article 138 de la constitution et eu égard aux articles 160, 161, 162 et 163 du Règlement Intérieur du Sénat.

A la plénière de ce samedi 11 juin, en présence de Chérubin Okende, l’initiatrice de la question orale avec débat, souhaitait que le ministre des Transports éclaire les sénateurs sur les questions suivantes :

  1. En faisant de Goma le principal Hub de RwandAir, est-ce que l’ambition légitime de mettre en place une compagnie aérienne nationale, à la dimension de notre pays est abandonnée?
  2. Quel est le projet gouvernemental dans le domaine du transport aérien, puisque c’est le seul qui peut relier la capitale à toutes les provinces étant entendu que routes, rails, lacs et fleuves ne peuvent plus être comptabilisés parmi les voies de communication dans notre pays ?
  3. Dans l’accord de coopération avec RwandAir, qu’elle est la place de la DGM, de la PNC et des FARDC, plus précisément l’aéroport de Goma est-il soumis au principe d’extra-territorialité ?

Dans son exposé, le Ministre des Transports a laissé entendre qu’au départ selon l’accord, Kinshasa et Kigali étaient choisis comme principales villes. Après, la compagnie aérienne RwandAir a sollicité l’ouverture dans d’autres villes, après études de deux parties, il a été convenu d’ouvrir les villes de Lubumbashi et Goma.

À l’en croire, au terme de cet accord, les deux Etats ont convenu de s’octroyer des droits de trafic. C’est la compagnie aérienne RwandAir et la compagnie aérienne Congo Airways qui sont concernées en attendant que les gouvernements respectifs décident d’ajouter d’autres compagnies.

Pour Chérubin Okende, la ville de Goma n’est pas le hub de la compagnie aérienne RwandAir. Aussi, insiste-t-il, «Goma ne peut donc nullement être considéré comme un hub pour la compagnie aérienne RwandAir».

Concernant la suspension des vols de cette compagnie aérienne RwandAir, le Ministre a rappelé aux sénateurs que le suspension reste en vigueur. Il a évoqué l’instruction qu’il avait donnée à l’AAC pour son exécution immédiate.

Dans un débat général, le speaker Bahati Lukwebo a signalé à la plénière que le Ministre des Transports devait aller présider une réunion tripartite avec le Ministre Tanzanien des Transports et le Ministre Burundais des Transports.

La plénière a accordé 48 heures à Chérubin Okende pour répondre aux préoccupations soulevées par les sénateurs.

Christian Okende

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU