PUBLICITÉ

Agression dans l’Est : « Ne tombons pas dans le piège des discours ethnicistes » ( Denis Mukwege)

Les réactions ne cessent de tomber au sujet de l’agression de la République Démocratique du Congo précisément dans sa partie Est par les terroristes du M23 qui sont soutenus par le Rwanda. L’une des dernières réactions en date est celle du prix Nobel de la paix, le Docteur Denis Mukwege.

L’homme qui répare les femmes a fustigé les discours discriminatoires, haineux ainsi que des violences qui se tiennent face à cette énième agression dont la RDC est victime.

« Face à la énieme aggression dont notre pays est victime, ne tombons pas ds le piège des discours discriminatoires, suprémacistes, ethnicistes, haineux ainsi que dans des violences qui ne profiteraient qu’aux ennemis de la paix en RDC et dans la Région des grands lacs. Seule la justice élève une Nation», a déclaré le docteur Denis Mukwege dans son compte Twitter.

Dans son combat, Denis Mukwege a toujours plaidé pour la mise en place d’un mécanisme de Justice transitionnelle. Une justice destinée à réparer les victimes des crimes les plus graves commis depuis plus de deux décennies dans les provinces de l’Est du pays, que ce soit dans les Kivu, au Kasaï ou au Tanganyika.

Selon le Dr Denis Mukwege, fondateur de l’hôpital de Panzi, la culture de l’impunité qui règne toujours, reste l’un des principaux obstacles à l’instauration de la paix en RDC et elle explique (en grande partie) la perpétuation des atrocités de masse jusqu’à ce jour dans ces provinces.

Récemment, il avait invité le système des Nations Unies à mettre en place « sans plus tarder » une stratégie nationale holistique de justice transitionnelle dans son pays.

Signalons, par ailleurs que les affrontements entre les FARDC et les terroristes du M23 se poursuivent dans la partie Est du pays.

Ce lundi 6 juin, les combats ont repris dans plusieurs positions dont celles de la région de Runyoni et Chanzu, en territoire de Rutshuru dans la province du Nord-Kivu.

Le premier bilan avancé par le porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu qui assure la supervision de toutes les opérations militaires depuis la proclamation de l’état de siège dans cette province, le Général de Brigade, Ekenge Bomusa Efomi Sylvain, est de deux (2) militaires de l’armée congolaise tués et de cinq (5) autres blessés.

Ces morts s’ajoutent sur la liste d’au moins 15 autres militaires tués par les terroristes du M23 et dont l’inhumation a eu lieu la semaine dernière au Nord-Kivu.

Christian Okende

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU