PUBLICITÉ

Nord-Kivu: « Plus de 117 000 déplacés recensés suite aux violences armées depuis mars à Rutshuru et Nyiragongo » ( OCHA)

La situation humanitaire dans les territoires de Rutshuru et de Nyiragongo, dans la province du Nord-Kivu est alarmante.

Selon les dernières estimations compilées par les organisations humanitaires et les autorités territoriales, plus de 117 000 personnes ont été déplacées depuis que les violences ont éclaté en mars dernier dont plus de 64 000 déplacées depuis le 19 mai dernier.

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) renseigne que plus de 33 000 personnes ont trouvé refuge dans des écoles, églises, familles d’accueil et autres lieux collectifs dans le territoire de Nyiragongo, tandis que 31 000 se sont mis à l’abri dans les régions de Rumangabo et Rugari (Rutshuru).

« La situation sécuritaire demeurant incertaine, les populations hésitent à rentrer chez elles. Des mouvements retours timides sont néanmoins observés dans certaines localités dont Gisigari, Chengerero, Bugusa, Kabindi, Rangira, et Bunagana (Rutshuru), ainsi qu’en provenance de l’Ouganda où environ 25 000 personnes s’étaient réfugiées depuis mars », indique cette agence onusienne.

L’OCHA rassure avoir déployé le 1er juin une équipe à Kiwanja (Rutshuru) pour suivre l’évolution de la situation et assurer la coordination des opérations humanitaires tout en martelant que les activités d’aide humanitaire se poursuivent, notamment la fourniture d’eau potable et l’installation des structures d’hygiène et d’assainissement dans les zones d’accueils entre Kibati et Goma (territoire de Nyiragongo) et dans les sites de Kanyaruchinya, Bujari, Kayembe et Munigi.

« La distribution de vivres continue également à Kanyaruchinya afin d’atteindre les 35 000 bénéficiaires ciblés », a ajouté la même source. Cependant, des besoins persistent en termes d’articles ménagers essentiels, en abris, en eau et hygiène.

Dans ce même carnet, le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) et son partenaire Caritas ont débuté ce 1er juin une distribution de vivres à plus de 5 300 personnes à Ntamugenga et envisage étendre l’intervention à près de 7 400 autres dans la localité de Chengerero.

« Des agences onusiennes et ONG internationales et nationales ont effectué une mission ce 1er juin à Kiwanja afin de s’imprégner de la situation, notamment les défis à l’assistance humanitaire. Des milliers de personnes, en grande majorité des femmes et des enfants, vivent dans des conditions difficiles dans des centre collectives, notamment des écoles », alarme OCHA.

Toutefois, OCHA se réjouit de la réouverture le 29 mai dernier, de la route principale reliant Goma à Rutshuru permettant aux acteurs humanitaires de reprendre leurs mouvements et d’intensifier leurs opérations au-delà de Nyiragongo.

Carmel NDEO

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU