PUBLICITÉ

Remaniement au Lualaba : L’assemblée provinciale appelée à surseoir l’investiture de ce gouvernement « irrégulier »

Dans un mémorandum dénonçant les irrégularités dans le remaniement du gouvernement provincial intervenu jeudi 26 mai 2022, le parti politique action des bâtisseurs pour la Démocratie et le développement (ABD), monte au créneau pour s’insurger contre le remaniement du gouvernement provincial de Lualaba.

À travers ce mémorandum adressé ce vendredi 27 mai 2022 au président de l’assemblée provinciale, l’ABD fédération de Lualaba s’indigne contre l’éviction de son membre en la personne de Jean Marie Tshizainga Sanama du gouvernement provincial, chapeauté par le gouverneur intérimaire Fifi Masuka Saïni.

Selon Judith Masika, la présidente Fédérale de cette formation politique pour la province de Lualaba, « après la lecture minutieuse l’Arrêté portant réaménagement du gouvernement provincial, le Parti Politique ABD a été écarté des consultations et ce réaménagement n’a tenu compte ni de son poids politique en province au sein du Regroupement politique AA/a où il est le seul à compter deux députés provinciaux, ni de son appartenance à l’Union Sacrée de la Nation, vision exprimée par le Président Tshisekedi ».

En définitive , l’ABD demande à l’assemblée provinciale la surséance de cet Arrêté qui selon ce parti « a été signé en violation de la loi car un vice-gouverneur qui n’est pas autorisé à réaménager ou à remanier un gouvernement provincial, surtout que pour le cas de figure, le titulaire est sur le territoire national et n’est frappé d’aucune sanction » avant de poursuivre que « ledit Arrêté porte deux qualités: la qualité de vice-gouverneur, au départ et celle de gouverneur à la signature, notamment à travers le sceau ».

« Etant donné ces violations flagrantes de la Loi, nous sollicitons de la part de l’Assemblée Provinciale de Lualaba l’implication totale pour la surséance dudit Arrêté en vue de préserver la paix dans notre province »,a-t-elle renchéri.

Par ailleurs, cette formation politique n’écarte pas la possibilité de saisir les Instances judiciaires compétentes au cas où ses réclamations ne seraient pas prises en compte afin faire appliquer le « bon » droit.

Stéphie MUKINZI M

- Publicité -

EN CONTINU