PUBLICITÉ

RDC : La MONUSCO favorable à une loi électorale susceptible de restaurer la confiance entre les parties prenantes

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO) a, dans une correspondance transmise au présidium de l’Union sacrée, estimé que la révision de la loi électorale représente une opportunité de restaurer la confiance entre les parties prenantes pour les prochaines élections prévues en 2023.

« La loi électorale sera la colonne vertébrale du processus électoral. Sa révision, qui a commencé à l’Assemblée nationale le 22 avril, représente donc une opportunité de renforcer les mécanismes de transparence et de redevabilité nécessaire pour garantir des élections qui répondent aux attentes de la population congolaise, et de restaurer, au moins en partie, la confiance entre les parties prenantes, toutes tendances confondues. », peut-on lire dans ce document signé par Bintou Keita, représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC et cheffe de la MONUSCO.

La MONUSCO indique que l’opposition rejette ces travaux malgré les sollicitations du président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’Kodia. Elle réclame au préalable un consensus sur l’ensemble du processus électoral, ce qui, selon la MONUSCO, demanderait la réouverture de décisions déjà actées par les institutions de la RDC.

Par ailleurs, indique la même source, les députés nationaux de la majorité ont dit non à la publication des résultats aux bureaux de vote et sont contre les dispositions qui garantiraient la présence des femmes sur les listes de candidats.

Elle a fait également savoir que certains acteurs de l’opposition et de la société civile contestent « sur le plan légal », le tirage du 10 mai dernier pour le renouvellement de juges de la Cour constitutionnelle. Ce qui, d’après la MONUSCO, donne l’impression que l’Union sacrée de la nation entend contrôler l’institution chargée de valider les résultats des élections présidentielles et législatives.

La MONUSCO préconise l’adoption de la loi électorale garantissant la transparence et l’inclusivité du processus

Pendant que la mission d’évaluation des besoins électoraux des Nations Unies qui a eu lieu du 21 mars au 6 avril dernier à Kinshasa finalise son rapport, la MONUSCO dit vouloir souligner au présidium de l’Union sacrée de la nation l’importance stratégique de la révision de la loi électorale pour la crédibilité des scrutins mais aussi pour la tenue d’un processus « inclusif et apaisé ».

Cette mission onusienne en RDC estime que c’est essentiel qu’aucun effort ne soit ménagé en vue d’assurer l’adoption de la loi électorale qui garantit la transparence et l’inclusivité du processus à tous les niveaux et à toutes les étapes.

À en croire la MONUSCO, cet engagement permettra de réduire les tensions politiques et inter-institutionnelles qui risquent de bloquer la préparation des scrutins de 2023.

Elle révèle qu’elle reste disponible à toute initiative allant dans le sens de l’unité ainsi que de la cohésion nationale et à échanger sur les voies et moyens d’y parvenir, et cela, de manière constructive et inclusive.

Christian Malele

- Publicité -

EN CONTINU