PUBLICITÉ

Désignation d’un juge Constitutionnel : Mboso et Bahati à couteaux tirés

La fumée blanche traîne à sortir dans la salle des Congrès du Palais du peuple où les députés nationaux et sénateurs se sont réunis pour désigner un juge constitutionnel pour le quota qui revient au Parlement.

Ce vendredi 27 mai, les élus du peuple et sénateurs ont constitué une commission spéciale sur la demande du Président du Congrès, Bahati Lukwebo.

Ladite commission est composée par 17 députés nationaux plus un non-inscrit et 17 sénateurs plus un non-inscrit pour traiter les candidatures et ensuite les présenter à la plénière du congrès pour délibérations.

Après une heure des travaux en commission, les députés nationaux et sénateurs de cette commission spéciale ont été incapables de parler le même langage. Ils ne se sont pas entendus sur le remplacement du juge Polycarpe Mungulu T’apangane d’heureuse mémoire.

Devant ce blocage, les Présidents de deux Chambres du Parlement se remettent à l’arbitrage du Chef de l’État, Félix Tshisekedi. Selon bribes d’informations glanées dans les couloirs du Palais du peuple, à l’heure actuelle, Bahati et Mboso se trouveraient au Palais de la Nation.

Pendant ce temps, les députés nationaux et sénateurs sont restés dans la salle des Congrès. Ils attendent la poursuite du congrès.

Alors que le règlement intérieur du congrès dans son article 30 stipule que, en cas de persistance blocage, le Congrès procédera au vote secret. Jusque-là, rien n’a été fait, alors que le remplacement du juge Polycarpe Mungulu doit être trouvé à cette même plénière.

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU