PUBLICITÉ

EPST : Le PAM disposé à accompagner la RDC dans la mise en œuvre des cantines scolaires

Le Programme Alimentaire Mondial ( PAM) a réitéré sa ferme détermination d’accompagner la République Démpcratique du Congo dans la mise en œuvre des cantines scolaires au sein des écoles primaires de l’Etat.

Le directeur pays de cette agence onusienne l’a annoncé lors d’une action caritative organisée par l’Union Africaine et le groupe des ambassadeurs africains en République Démocratique du Congo, sous le patronage du ministère congolais des Affaires Étrangères, à la commune de la N’sele à Kinshasa en marge de la célébration de la journée mondiale de l’Afrique ce 25 mai.

La journée mondiale de l’Afrique célébrée cette année sous le thème « Renforcement de la Résilience en matière de nutrition et de la sécurité alimentaire sur le continent africain » était une occasion pour les ambassadeurs africains accrédités en RDC accompagnés techniquement par le Programme Alimentaire Mondial d’apporter leur pierre d’édifice pour l’accomplissement de la vision du président de la République, Félix Tshisekedi en rapport avec la nutrition saine en milieu scolaire, l’une des stratégies pour pérenniser la gratuitement de l’enseignement primaire.

Dans son allocution, le représentant et directeur de pays du PAM en RDC, Peter Musoko a tout d’abord rappelé que l’alimentation scolaire est l’un des programmes phares du président Félix Tshisekedi, de l’Union Africaine et du Programme Alimentaire Mondial. Cette position se justifie par le fait que, depuis 2020, le Chef de l’Etat congolais promulgue les Lois des finances qui inscrivent les cantines scolaires comme un appui important à la politique de gratuité.

Peter Musoko a également indiqué que le président Tshisekedi avait favorablement répondu l’année dernière en tant que président en exercice de l’Union Africaine à l’appel du directeur exécutif du Programme Alimentaire Mondial pour participer à la coalition mondiale sur l’alimentation scolaire.

« Ce faisant, il a réitéré à la connaissance par l’Union Africaine et je cite : l’impact positif de programme d’alimentation scolaire fondée sur les produits locaux pour maintenir davantage les enfants à l’école et améliorer leur performance scolaire et stimuler la production des revenus de l’entrepreneuriat dans le collectif local », a t-il renchéri par cette citation du président Tshisekedi.

S’inscrivant dans cette perspective, il a dans son discours, soutenu que plusieurs documents de recherche ont démontré que les cantines scolaires contribuent à la continuité des politiques de nutrition communautaire tout en facilitant l’accès et le maintien des enfants à l’école pour un apprentissage de qualité et le développement du capital humain.

Le représentant pays du PAM a par la même occasion révélé que l’approvisionnement des repas scolaires sera fait à base des engrais alimentaires produits localement.

« Les cantines participent grandement à la résilience des communautés tout en contribuant à la réduction de la pauvreté », a-t-il affirmé avant d’ajouter que les modèles des cantines dont il est question, seront « autonomes » répondent aux attentes du gouvernement, des bailleurs et des partenaires techniques.

« Quand un champ communautaire ou une entreprise agricole géré par les parents des élèves ou d’autres acteurs ou actrices génèrent assez des revenus par rapport à la production et la vente des produits , ils pourront financer d’une manière autonome les cantines scolaires et participer même aux frais de fonctionnement de l’école dans son ensemble », a expliqué Peter Musoko.

Il a aussi rassuré que ce projet est loin d’être utopique dans la mesure où, les modèles existent dans plusieurs pays et pourront être dupliqués en RDC mais dans premier temps à l’école primaire Mosolo/MIC dans la commune de la N’sele où a eu lieu cet événement caritatif.

Il demeure convaincu qu’avec un accompagnement de qualité de ces modèles innovants, le financement des cantines pourra jouer une rôle moteur dans la résilience et le développement de l’entrepreneuriat communautaire au-delà même de l’école.

De son côté, le Programme Alimentaire Mondial mène actuellement dans son appui à la mise en œuvre de la stratégie sectorielle de l’éducation et la formation des modèles des cantines dans plusieurs provinces qui sont liées à ses programmes de résilience par les achats des produits locaux .

Présente à cette activité, la vice-ministre de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST), Aminata Namasia a remercié les organisateur de cette activité pour l’intérêt accordé aux efforts du gouvernement à travers le ministère de l’ESPT pour intervenir contre les multiples obstacles qui empêchaient sa cible privilégiée constituée des enfants et des jeunes scolarisés d’achever ne serait-ce que le cycle primaire notamment; la malnutrition.

D’après elle, cette action soutient la gratuité de l’enseignement primaire en RDC.

«… L’union Africaine en consortium avec le Programme Alimentaire Mondial, en collaboration avec le ministère de l’EPST procèdent à la remise symbolique des dons en faveur des écoliers de l’école primaire Mosolo », a-t-elle laissé entendre.

Pour la vice ministre de l’EPST, cet acte s’inscrit dans le cadre de la matérialisation de l’engagement du gouvernement et sa volonté politique pour la mise en oeuvre du programme national d’alimentation scolaire durable afin de maintenir davantage les enfants à l’école , réduire le taux d’absentéisme et améliorer leur performance.

Pour sa part, le vice-doyen en charge du groupe des ambassadeurs africain, le diplomate marocain, Rachid Agassim qui s’est exprimé au nom de ses collègues, a inscrit cette activité dans le cadre des vraies valeurs africaines, celles de la solidarité et du partage permettant d’assurer un minimum de résilience en matière de nutrition et de sécurité alimentaire en Afrique. Il a fait savoir que cette action s’étalera jusqu’à la fin de l’année grâce aux efforts et contributions de sponsors.

A noter que cette activité s’est clôturée par la remise symbolique des dons du groupe des ambassadeurs et partenaires de l’ESPT aux autorités scolaires ainsi que la visite d’une classe.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU