PUBLICITÉ

Réformes électorales : La CENI veut rendre contraignante la représentation paritaire des femmes sur les listes électorales

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a organisé, ce lundi 23 mai, un atelier d’échanges pour des réformes électorales en faveur de la représentation paritaire des femmes. Cet atelier a réuni autour d’une table des représentants des associations et organisations féminines, des femmes parlementaires et politiques et des partenaires techniques et financiers.

Il était question pour la CENI de développer des stratégies pour des réformes électorales visant la représentation paritaire des femmes dans les différentes listes électorales.

Joséphine Ngalula, membre de la plénière de la CENI, tient au respect de la parité dans les listes électorales. Pour elle, la Constitution de la République en 2006, caractérise une nouvelle ère sur la promotion de l’égalité des sexes, à différents niveaux de sphères décisionnelles en RDC.

Cependant, elle évoque à cet effet l’article 14 de la Constitution sur base duquel le législateur consacre la parité homme-femme et en prévoit la démarche pour son effectivité. En revanche, la lacune de la loi électorale enr application se trouve dans son article 13 qui, dans son alinéa 3, ne rend pas contraignantes les listes électorales non paritaire.

Pour Joséphine Ngalula membre de la centrale électorale, la loi électorale qui est actuellement sous examen dans les deux Chambres du Parlement, constitue une opportunité pour les femmes de parvenir à faire corriger la lacune et la violation de l’article 14 de la Constitution, au niveau de l’article 13 de la loi électorale qui, à l’en croire, est l’un des outils essentiels pour le travail de la CENI.

Les acteurs de la société civile qui interviennent dans le domaine des droits de la femme attendent à ce que l’article 13 de loi électorale en application soit modifié.

Au cours de cet atelier d’échanges pour des réformes électorales en faveur de la représentation paritaire des femmes, des stratégies pour des réformes électorales sont développées et adoptées. Une feuille de route assortie des responsabilités, pour la mise en œuvre des stratégies proposées, est adoptée.

Pour rappel, la CENI a ouvert en début d’année le cadre des concertations Genre et Diversité qui justifie la tenue de cet atelier appuyé par Onu-femmes, IFES, MONUSCO gender, IRI, Diakonia, EISA, NDI, Coopération suédoise en RDC.

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU