PUBLICITÉ

RDC: Lancement du processus d’identification biométrique des agents publics de l’État

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a présidé, ce lundi 23 mai 2022 au bâtiment de l’Administration Publique à la Gombe, la Cérémonie de lancement du Processus d’identification biométrique des agents certifiés réguliers des services centraux dans le fichier de référence de l’Administration Publique (FAP), initié par le Vice-Premier Ministre, Ministre de la Fonction Publique, de la Modernisation de l’Administration et de l’Innovation du Service Public, Jean-Pierre Lihau.

Cette cérémonie, d’après le VPM Lihau, constitue un acte solennel et un grand symbole d’engagement du gouvernement tout entier à relever les défis de la maîtrise des effectifs et de la masse salariale de l’Administration, en vue de l’avènement prochain d’une administration publique moderne dont le fonctionnement devra répondre au triptyque : un poste, un agent, un salaire rompant ainsi avec les mauvaises habitudes du passé.

Devant Sama Lukonde, il a dressé un tableau sombre de l’état dans lequel l’Administration publique se trouvait à l’arrivée du nouveau gouvernement.

Il s’agit, selon lui, de la non mise à la retraite des agents éligibles, les recrutements irréguliers et irrationnels, sans considération préalable des vacances de poste, faisant ainsi exploser les cadres organiques des administrations, l’obsolescence des textes régissant l’Administration publique, l’hyper matérialisation due à un trop faible degré d’information, la précarité des conditions salariales et de travail des fonctionnaires de l’État, entraînant les prestations de faible qualité, et pour couronner le tout, la non maîtrise des effectifs au sein des administrations publiques qui bloque toutes les perspectives du redressement de l’Administration publique en RDC.

Pour y remédier, Jean-Pierre Lihau est d’avis que la maîtrise des effectifs représente un enjeu économique et social de premier rang car, dit-il, elle permettra donc une maîtrise de l’enveloppe de rémunération dont les dépenses dépassent, à ce jour, la moitié des ressources propres de l’État.

Pour lui, la maîtrise des effectifs garantit la qualité de la dépense publique permettant de réorienter les économies dégagées du nettoyage du fichier des effectifs vers le financement des dépenses à caractère social, notamment le paiement des agents non payés (NP), la valorisation de la situation pécuniaire des actifs, des retraités et rentiers, l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des agents.

L’identification biométrique, à l’en croire, va commencer par les services centraux des agents déjà certifié au fichier de référence et après viendra le tour des provinces, pour les services déconcentrés enfin de faire la remontée des données pour avoir un fichier unique de référence.

Pour sa part, le Chef du Gouvernement a félicité tous les agents qui ont pris part à ce travail participatif d’une importance capitale dans la maitrise des effectifs de l’Administration Publique.

«Ici juste un mot d’encouragement au travail que nous sommes venus lancer. Comme vous le savez, la Fonction Publique a été élevée, selon la volonté du Président de la République en Vice-Primature et le Vice-Premier Ministre de la Fonction Publique l’a mentionné. Mais nous avons voulu lui donner une autre mission plus précise, notamment celle de la modernisation de la Fonction Publique. Et comment parler de modernisation si on ne parle pas de numérisation, si on ne parle pas de digitalisation ? Et donc, ici une matérialisation de ce vœu tel qu’inscrit dans notre programme du Gouvernement. Je voudrais féliciter non seulement tous les agents qui ont participé à ce travail participatif qui demande l’adhésion de tous pour que nous puissions réussir», a-t-il déclaré.

Notons que le Premier Ministre a remis de manière symbolique la carte d’indentification à deux secrétaires généraux de l’Administration Publique avant de ponctuer sa journée à la Fonction Publique par la visite des bureaux où se trouvent les services d’identification biométrique des agents.

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU