PUBLICITÉ

RDC : L’intersyndicale « manipulatrice » de la RTNC démasquée

La Radio télévision nationale congolaise – RTNC – est appelée à nettoyer ses écuries. Parmi les tares qui cherchent à maintenir cette télévision publique dans un climat malsain, il y a son intersyndicale. « Manipulation, menaces, relais de cabales montées par certains directeurs et journalistes improductifs et instrumentalisation politicienne sont la marque de fabrique de l’Intersyndicale nationale de la RTNC », à en croire des sources croisées au sein de ce média public.

La dernière pièce en date, poursuivent les sources internes, remonte du 19 mai 2022 où, dans un courrier adressé au Directeur Général ai de la RTNC avec ampliation au Ministre de la Communication et Médias, le Président de l’Intersyndicale Joseph Tshibangu Kaboyi et ses collaborateurs se livrent à un montage hasardeux.

« Mensonge grossier » constaté

« Au nom soit disant du personnel, ils affirment que le Ministre de la Communication et Médias a pris en otage 80% du temps d’antenne avec des émissions extérieures, allusion faites au « Briefing Presse » et « Redevabilité ».

Bien que l’une a laissé la place à l’autre qui temporairement permet à tous les membres du Gouvernement de rendre compte au peuple de leurs gestions respectives 12 mois après leur entrée en fonction, cet espace à lui tout seul ne peut donc nullement, à moins d’être de mauvaise foi, occuper 80% du temps d’antenne de la RTNC.

Dans leur logique, l’occupation de ces 80% du temps d’antenne signifie que le Ministère de la Communication et Médias diffuse ces deux émissions pendant plus de 14 heures chaque jour alors que la RTNC ne diffuse que pendant 18 heures de temps entre 6 heures et minuit.

Certains journalistes de la RTNC contactés soutiennent qu’il s’agit d’un gros mensonge et que le vrai problème serait l’intersyndicale nationale avec ses méthodes décriées.

« Mauvaise foi manifeste »

Poursuivant son analyse tronquée, l’Intersyndicale Nationale de la RTNC a, d’après nos sources, fait preuve de mauvaise foi après avoir constaté que 33 techniciens de la RTNC et 4 directeurs sont commis à la production quotidienne de l’émission « Redevabilité » et bénéficient d’une prime quotidienne. A cela s’ajoute le faite que 7 de 10 présentateurs soient journalistes de la RTNC et que seule le grand écran de projection installé en fond de scène est commandé une équipe extérieure qui a loué ce matériel que la RTNC ne dispose pas.

Des analystes avertis pensent que cette l’action de l’Intersyndicale contre la production de « Redevabilité » serait politiquement motivée pour intoxiquer les agents de la RTNC en vue de bloquer la diffusion de cette de visibilité des actions du Gouvernement réalisées pour l’intérêt du peuple congolais.

La RTNC, incapable de se prendre financièrement en charge, peut-elle vraiment demander au Gouvernement de payer l’espace de diffusion de sa communication alors que c’est le même Gouvernement qui paye, sans arriérés, les salaires du personnel et s’emploie à augmenter le barème salarial de ces derniers ?

« Action isolée de l’intersyndicale »

A lire cette correspondance, il s’observe qu’aucun agent de la RTNC n’en est signataire. Car, étant visiblement au courant de la situation interne.

L’idéal aurait été que les membres de l’intersyndicale de la RTNC, tous n’étant pas agents de cet établissement public, consultent et s’informent auprès de la Délégation Syndicale (composée essentiellement des agents de la RTNC) afin de coordoner l’action et/ou écrire au nom et pour le compte d’un personnel qui connaît la vérité.

De quoi se rendre compte, déplore un membre de la Délégation Syndicale, que cette action a des motivations autres que syndicalistes pour l’intérêt du personnel de la RTNC.

Cette action visiblement manipulatrice de l’Intersyndicale de la RTNC dirigée par un retraité d’une société brassicole devrait obliger le Gouvernement à accompagner la RTNC tout comme d’autres entreprises publiques dans le processus de respect des mandats électifs des syndicats/Intersyndicales et de moralisation des pratiques syndicales. Cela garantirait la bonne mise en œuvre du programme de relance de ces structures étatiques par le Gouvernement.

Pour d’aucuns, il est donc temps de libérer la RTNC de cette intersyndicale manipulatrice hantée par des vieux démons réfractaires aux réformes visant la modernisation.

- Publicité -

EN CONTINU