PUBLICITÉ

RDC : L’Intersyndicale de l’EPST accuse Nicolas Kazadi de bloquer la paie de nouvelles unités et menace d’aller en grève

L’Intersyndicale des syndicats des enseignants de l’Enseignement primaire, secondaire et technique exige du gouvernement Sama Lukonde le décaissement « immédiat » et « sans condition » de la paie complémentaire du mois d’avril des enseignants nouvelles unités dans un délai de 48 heures faute de quoi, il menace d’aller en grève. Il a fait cette déclaration le mardi 17 mai 2022 à Mbanza-Ngungu dans la province du Kongo Central.

Cette structure qui milite en faveur des enseignants congolais exige également du gouvernement de la République le décaissement des frais de fonctionnement des établissements scolaires dans un délai de deux jours.

Dans sa déclaration, l’intersyndicale des syndicats des enseignants de l’EPST dit avoir constaté avec « indignation », le non paiement jusqu’à ce jour de 70 053 enseignants nouvelles unités contrairement aux résolutions des accords de Mbwela Lodge signés à Kisantu le 18 novembre 2021 entre le banc syndical et le gouvernement de la République.

A l’en croire, le gouvernement avait pris l’engagement de payer toutes les nouvelles unités lors du premier trimestre de l’année 2022. Il dit avoir constaté que ladite paie n’est pas toujours exécutée. Il révèle en outre que le dossier traîne au niveau du ministère des Finances.

L’Intersyndicale des syndicats des enseignants de l’Enseignement primaire, secondaire et technique demande au premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, d’instruire le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, de libérer sur le champ, la paie complémentaire des enseignants nouvelles unités pour le mois d’avril 2022.

L’intersyndicale de l’EPST rejette, par ailleurs, toute responsabilité d’arrêt de cours qui adviendrait au gouvernement Sama Lukonde, dépassant ce ultimatum (48h).

Christian Malele

- Publicité -

EN CONTINU