PUBLICITÉ

RDC : vers les nouveaux tarifs des biens et services

Le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, en sa qualité de ministre intérimaire de l’Economie nationale, a échangé avec quelques  principaux importateurs, des producteurs locaux, de grandes surfaces (supermarchés), des services publics intervenant dans la formation du prix de revient et de vente, et les organisations patronales, sur la question relative à la hausse généralisée des prix des biens et services. C’était au cours d’une réunion qui s’est tenue jeudi 28 avril 2022.

Cette réunion a, selon le ministère des Finances, abouti à une décision, celle d’appliquer des nouveaux tarifs, après certification des stocks invendus mais déjà frappés par la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour un remboursement par le trésor public. Selon la même source, ladite décision permettra aux opérateurs économiques de baisser les prix de certains produits de consommation de première nécessité au profit de la population.

La même source indique que les modalités d’application de cette mesure se présente de la manière suivante : la notification de la mesure de suspension momentanée de la TVA par la Direction générale des impôts (DGI) et la Direction générale des douanes et accises (DGDA) aux assujettis pour constater l’application effective de cette mesure, et ce, d’après le dernier délai convaincu ; le dépôt au ministère de l’Economie nationale des structures des prix exemptées de la TVA par les opérateurs économiques ; et la mission de surveillance du marché par le ministère de l’Economie nationale.

Selon le ministre des Finances et ministre intérimaire de l’Economie nationale, la hausse généralisée des prix des biens et services dans de nombreux pays du monde en général et en République démocratique du Congo en particulier, découle de plusieurs facteurs : la guerre en Ukraine, les effets néfastes de la pandémie de Covid-19. Il ajoute sur la liste les distorsions entre l’offre et la demande due à la reprise économique post Covid-19, la hausse « significative » des coûts du fret maritime mais également le coût élevé des intrants et des produits énergétiques.

Cette réunion s’est déroulée en présence du Secrétaire général à l’Economie.

Christian Malele

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU