PUBLICITÉ

RDC/Journée du travail : le SYMECO appelle le gouvernement au respect de ses engagements pris au mois d’août 2021

À l’occasion de la journée internationale du travail qui est tombée à pic avec la célébration du dixième anniversaire du Syndicat de Médecin du Congo (SYMECO), les médecins de ce syndicat de la ville de Kinshasa ont donné plus de la voix pour appeler le Gouvernement de la République au respect de leurs engagements pris en août dernier avec le syndicat.

D’après le Secrétaire Exécutif Provincial du SYMECO, le Docteur Taddy Divita, le Gouvernement congolais respecte difficilement ses engagements. «C’est la situation dans laquelle on est aujourd’hui, on a signé un accord en août 2021. Mais à ce jour, l’accord souffre dans son exécution. C’est une situation qui pollue le climat et qui peut aboutir à une confrontation où on peut revenir à la case départ avec probablement des grèves», a-t-il déclaré.

Dans ce registre, le Dr Taddy Divita a exhorté le gouvernement de privilégier un dialogue social apaisé avec les représentants des médecins en lieu et place aux confrontations qui aboutissent parfois à faire souffrir la population ou les malades.

Et en même temps, il a appelé les médecins dans leur responsabilité et de s’affilier dans le combat syndical car, précise-t-il, c’est un rapport de force pour le syndicat.

Assainissement de paie des médecins

Le SYMECO note le démantèlement les réseaux maffieux qui gangrènent le circuit de la paie par l’obtention de la suppression de tous les intermédiaires illégaux dans la paie et les missions de contrôle de la paie des agents du secteur de la santé en général, et des médecins en particulier; l’alignement des médecins non payés à la prime de risque sans contrepartie ; l’institution d’un cadre de travail comprenant tous les parties prenantes pour la sécurité, la confiance et la paix institutionnelle.

Combat du SYMECO

À cette journée du travail, le SYMECO continuer à exiger la restauration de la prime de risque professionnel dans son contenu initial et dans son équivalence avec la prime des fonctions académiques payée au professeur ordinaire de l’ESU pour les médecins général et la réhabilitation des indices statutaires de (1 à 2);

Il exige également la remise sur la table et de manière sérieuse du dossier de promotion aux grades et la mise à la retraite des médecins des services publics de l’État (les membres du SYMECO n’ont pas fait la honteuse opération de falsification des grandes de paie); la mise en vedette de la problématique d’un traitement de base spécifique pour sécuriser la carrière et la fin de carrière des médecins.

«Notre combat syndical, censé être celui de tous les médecins, devrait concentrer ses efforts pour :Obtenir le respect par toutes les Autorités des dispositions légales et réglementaires relatives au recrutement des médecins pour endiguer le phénomène de Nouvelles Unités, des Médecins sans salaire ni prime, et des médecins en situation administrative irrégulière; obtenir la régularisation de la situation administrative et pécuniaire de tous ceux qui sont déjà en activité ; obtenir la mise en place des outils efficaces de gestion de la carrière des Médecins des Services publics de l’Etat du recrutement jusqu’à la retraite ;Obtenir la paie de tous les médecins à leur grade statutaire; obtenir l’octroi d’un traitement de base spécifique susceptible de sécuriser la carrière et la fin de carrière du Médecin; obtenir une répartition équitable des médecins à travers le territoire national», a fait observer le SYMECO.

Il sied de noter que le Syndicat de Médecin du Congo (SYMECO) a célébré, le samedi 30 avril 2022, son dixième anniversaire au musée national situé dans la commune de Lingwala. Cette fête a été célébrée notamment dans la province du Kasaï, de l’Équateur, le Haut-Katanga et l’Ituri.

Christian Okende/@OkendeChristian

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU